Clubhouse, l’un des réseaux sociaux les plus en vogue du moment, vient d’engager la développeuse Mopewa Ogundipe. Cela ne laisse pas l’ombre d’un doute : la firme veut sortir son application sur Android.

Depuis son lancement en mars 2020, Clubhouse connaît un succès retentissant. Il faut dire que son format novateur est en adéquation parfaite avec la situation dans laquelle est plongée le monde actuellement : les utilisateurs peuvent rejoindre des salons de discussion sur diverses thématiques et ainsi parler avec des personnes à travers le monde. Des personnalités éminentes du monde de la tech, à l’image d’Elon Musk ou de Mark Zuckerberg, ont notamment participé à des conversations sur la plateforme.

Clubhouse a ainsi dépassé les 10 millions de téléchargements, mais également les 10 millions d’utilisateurs actifs quotidiens, ont récemment annoncé ses créateurs, Paul Davison et Rohan Seth. C’est 2 millions de plus que ce que l’application enregistrait il y a un mois, le 24 janvier 2021. D’ailleurs, les mastodontes des réseaux sociaux que sont Twitter et Facebook travaillent d’ores et déjà à un concurrent de l’application. Pour le moment toutefois, Clubhouse est uniquement disponible sur iOS par invitation, ce qui limite sa croissance… mais il semblerait que ce ne soit pas le cas pour encore longtemps.

En effet, la développeuse Mopewa Ogundipe a déclaré sur Twitter avoir rejoint l’équipe de Clubhouse : « Aujourd'hui, c'était mon premier jour chez Clubhouse. Si vous me connaissez, vous savez probablement que j'ai des *opinions* sur les applications iOS seulement donc je suis très excitée de rejoindre l'équipe pour amener la fête sur Android ». Travaillant sur des applications sur le système d’exploitation de Google depuis 2014, elle est notamment passée chez Instagram ou encore Medium.

C’est donc officiel : Clubhouse devrait également débarquer sur les smartphones Android. C’était à prévoir, tant le réseau social plaît aux investisseurs ; il a levé 100 millions de dollars à la fin du mois de janvier, et a même été valorisé à 1 milliard de dollars. Si l’avenir semble donc au beau fixe pour l’application, il reste à voir si son succès détonnant saura survivre à la fin des mesures sanitaires et de la distanciation sociale.