Le Lok Sabha, la Chambre basse du Parlement indien, a récemment dévoilé son intention de mettre un frein aux cryptomonnaies privées, comme le Bitcoin ou l’Ether, pour promouvoir sa propre monnaie numérique de banque centrale (MNBC). Après la Chine, l’Inde pourrait donc être le prochain grand pays à lancer sa propre monnaie numérique, un sujet qui recouvre de nombreux enjeux pour les gouvernements du monde.

L’Inde veut sa propre MNBC

En mars 2020, la Cour suprême annulait l’interdiction des cryptomonnaies voulue par la Banque de réserve de l’Inde. Cela fait plusieurs années que la RBI (Reserve Bank of India), se bat pour faire interdire les cryptomonnaies privées. En avril 2018, la Banque de réserve de l’Inde avait décidé d’interdire aux banques la possibilité d’offrir des services liés aux cryptomonnaies. Un coup de tonnerre pour les acteurs locaux de l’industrie. La décision fût rejetée quelques mois plus tard par la Cour suprême.

Aujourd’hui, TechCrunch nous apprend que l’Inde souhaite mettre en circulation une monnaie numérique de banque centrale dans les prochains mois. Pour appuyer ses arguments contre les cryptomonnaies, la RBI évoque les risques liés au blanchiment d’argent et aux autres activités illégales rendues possibles grâce à la circulation des cryptomonnaies privées. Cette fois-ci le Parlement indien pourrait intervenir pour faire interdire toutes les cryptomonnaies privées dans le pays, selon des sources proches du dossier.

Un moyen de mieux contrôler les échanges ?

À la place, le Parlement souhaiterait établir, comme la Chine, une monnaie numérique de banque centrale qui serait émise par la Banque de réserve de l’Inde. Si le pays souhaite développer sa propre monnaie numérique, c’est bien évidemment pour mieux contrôler les échanges financiers. Le premier ministre indien Narendra Modi est logiquement en phase avec la politique dévoilée par les membres du Parlement. Il estime que la création d’une MNBC serait une opportunité pour l’Inde.

En 2021, plus de 700 millions de citoyens indiens possèdent un smartphone. C’est une condition nécessaire pour déployer une monnaie numérique de banque centrale. Comme en Chine, ce projet de MNBC a déjà une large base d’utilisateurs potentiels. Le pays souhaite améliorer la traçabilité des échanges et donc augmenter ses revenus en collectant plus d’impôts. Plus au Nord, le gouvernement de Xi Jinping a déjà mis en place de premiers distributeurs de yuan numérique. Les villes de Pékin, Shanghai et la province du Guangdong se sont engagées à tester cette monnaie numérique en 2021.