Il aura fallu beaucoup de temps à Mark Zuckerberg pour comprendre que les utilisateurs de Facebook ne veulent plus voir de recommandations politiques. Le patron de Facebook a déclaré que le réseau social ne mettra plus en avant les groupes politiques. De manière générale, Facebook souhaite réduire la recommandation des contenus politiques sur le fil d'actualité des utilisateurs.

La fin des recommandations pour les groupes politiques

Mark Zuckerberg a déclaré que : "je crois que les gens ne veulent plus que la politique et les combats prennent le dessus sur leur expérience au sein de la plateforme. Nous allons nous concentrer encore plus sur notre mission principale : rapprocher les gens et leur permettre d'échanger". Un discours tenu devant les investisseurs du groupe Facebook, mercredi 27 janvier 2021. Mark Zuckerberg a dévoilé les résultats trimestriels de Facebook et ils sont très bons : 28 milliards de dollars pour le quatrième trimestre de l'année 2020. C'est plus que les prévisions des analystes.

À l'approche des élections présidentielles américaines, Facebook avait déjà laissé sous-entendre que la fin des recommandations des groupes politiques approchait. Pourtant, plusieurs études ont montré que les utilisateurs de la plateforme étaient encore régulièrement orientés vers des groupes politiques par les algorithmes de la plateforme, pas plus tard que début janvier. Suite à la publication de ces différents rapports, le sénateur démocrate Ed Markey du Massachusetts a envoyé une lettre à Facebook pour demander des réponses.

Facebook clôture une très belle année

Le sénateur américain a déclaré que : "le système de recommandation des groupes politiques fait peser de graves menaces sur la démocratie américaine et sur la sécurité publique". Des menaces devenues réalité au moment de la prise du Capitole à Washington D.C. Nous savons que les réseaux sociaux ont joué un rôle majeur au cours de cet événement survenu le 6 janvier 2021. Quoi qu'il en soit, Facebook a réalisé une année extraordinaire avec une croissance de 33% par rapport à l'année 2020, malgré un boycott des annonceurs survenu dans le cours de l'été.

Lors de cette déclaration, Mark Zuckerberg a attaqué son rival Apple. Le patron de Facebook a affirmé que les applications WhatsApp et Messenger seront toujours "supérieures" à iMessage d'Apple, notamment par rapport au respect de la vie privée des utilisateurs. Zuckerberg a également critiqué iOS14. Les nouvelles mises à jour d'Apple obligent les applications présentent sur l'App Store à obtenir l'autorisation de leurs utilisateurs pour suivre leur comportement. Facebook est convaincu que cet iOS14 sera néfaste pour la publicité en ligne.