Cela fait quasiment une semaine que le compte Twitter de Donald Trump a été suspendu. C’est le temps de réflexion nécessaire qu’il aura fallu à Jack Dorsey, CEO de Twitter, pour se décider à prendre la parole sur ce sujet délicat. Fallait-il bannir Donald Trump de Twitter ? Est-ce dangereux pour la liberté d’expression ? Il tente de faire la lumière sur ces différentes questions dans une déclaration sur Twitter.

Jack Dorsey a conscience des conséquences

Pour Jack Dorsey, Twitter a pris la bonne décision. Pour rappel, suite à la prise du Capitole, Twitter avait prévenu le président américain que son compte pourrait être bloqué s’il y avait le moindre débordement supplémentaire. Chose promise, chose due. C’est une grande première. Le 45e président des États-Unis a perdu son canal de communication préféré. Le compte Twitter @realDonaldTrump et ses 88 millions d’abonnés a été bloqué en grande partie à cause des événements survenus lors de la prise du Capitole.

Le CEO de Twitter explique dans sa déclaration que : « oui c’était la bonne décision, mais je dois reconnaître que cette suspension est la preuve d’un échec de notre part, celui de ne pas avoir réussi à faire respecter une conversation saine ». Dorsey tente depuis plus de deux ans de trouver des solutions pour éviter d’en arriver à ce point de rupture. Selon lui, la décision prise par Twitter a créé un précédent dangereux pour la liberté d’expression. Effectivement, plusieurs personnalités politiques européennes n’ont pas hésité à dénoncer cette décision.

La liberté d’expression est en danger

Un réseau social peut-il avoir le droit d’empêcher un président élu démocratiquement de s’exprimer ? Une décision qui n’est pas très bien passée du côté de l’Europe. Le porte-parole d’Angela Merkel, Steffen Seibert, a déclaré que : « la chancelière considère que la fermeture complète du compte d’un président élu est problématique. Des droits comme la liberté d’expression peuvent être entravés, mais par la loi et dans le cadre défini par le législateur – et non selon une décision d’entreprise ». Dorsey a précisé que Twitter ne s’était pas concerté avec les autres réseaux sociaux qui ont également suspendu le compte de Trump.

Le CEO de Twitter s’interroge sur la raison d’être de Twitter et explique que : « je ne me réjouis pas et je ne suis pas fier que nous ayons dû interdire @realDonaldTrump sur Twitter, ni de la façon dont nous en sommes arrivés là. Le fait de devoir interdire un compte a des ramifications réelles et importantes. Il est temps pour Twitter de se poser les bonnes questions sur sa raison d’être. Le fait de devoir prendre de telles mesures fragmente la conversation publique. Elles nous divisent ». Vous pouvez retrouver l’intégralité de sa prise de parole ici :