Le 9 décembre 2020, une organisation non gouvernementale belge du nom de EU DisinfoLab, a dévoilé une vaste campagne de désinformation orchestrée par un réseau indien pour influencer les décideurs européens. Dans son enquête "Indian Chronicles", l'ONG fait le lien entre plus de 550 sites web douteux, plusieurs organisations non gouvernementales et une entreprise indienne : le groupe Srivastava.

Indian Chronicles : une campagne d'influence vieille de 15 ans

Le rapport de 80 pages baptisé "Indian Chronicles" permet de comprendre comment de faux journalistes, des centaines de sites douteux mais aussi de véritables tribunes d’eurodéputés du Rassemblement national (RN) ont permis à un réseau indien de mener une opération d'influence en Europe.

EU DisinfoLab est une structure spécialisée dans la recherche sur la désinformation en ligne. Selon les premières révélations de l'enquête, les objectifs de cette campagne qui dure depuis près de 15 ans, étaient probablement de nuire à l’image du Pakistan et de la Chine, sur la scène mondiale.

Pour parvenir à ses fins, le réseau indien a usé de méthodes peu conventionnelles. L'enquête révèle notamment la réapparition soudaine d'organisations inactives. Il y a par exemple le cas de la Commission to Study the Organization of Peace (CSOP), une ONG inactive au moins depuis les années 1970.

En 2005, l'ONG renaît de ses cendres, sur le papier du moins. Louis B. Sohn, l'homme à la tête de la CSOP décède en 2006. Pourtant, aussi insensé que cela puisse paraître, son nom figure parmi les participants à deux événements en 2007 et en 2011, en tant que représentant de la CSOP.

Le réseau a également créé de faux journalistes à l'image de Charles Forceps, un homme dont le profil Facebook reprend la photo de profil de James Purnell, un dirigeant de la BBC. Nous savons par ailleurs que les algorithmes des réseaux sociaux sont capables de mettre en avant de faux reportages sans le savoir. Ce fût le cas notamment sur YouTube à la fin de l'année 2019, lorsque de fausses chaînes d'information avaient repris les images de CNN ou de Fox News.

Comment quatre eurodéputés du RN se retrouvent mêlés à cette campagne ?

Le rapport "Indian Chronicles" pointe du doigt un site en particulier : www.euchronicle.com. Une url active depuis le 5 mai 2020. Ce site est alimenté par de faux journalistes, mais aussi par une dizaine de "vrais" eurodéputés européens. Ils traitent notamment des sujets de géopolitique.

Parmi eux, nous retrouvons quatre élus du Rassemblement national : Dominique Bilde, Thierry Mariani, Virginie Joron et Julie Lechanteux. La mécanique de "l'Indian Chronicles" fonctionne et mêle donc fausses nouvelles et vraies tribunes.

Difficile de savoir comment des parlementaires du RN ont pu être approchés par les fondateurs de ce site. Selon EU DisinfoLab ces membres du RN, à l’exception de Dominique Bilde, ont participé à un déplacement politique au Cachemire à l’automne 2019, sponsorisé par le groupe Srivastava... Il y aurait donc peut-être un lien.