Il y a quelques semaines, YouTube disait avoir supprimé des centaines de publicités politiques diffusées par Trump. Aujourd’hui, la société dirigée par Susan Wojcicki n’a visiblement pas suffisamment fait attention aux contenus qui se propageaient sur sa plateforme : en effet, des chaînes se faisant passer pour des médias américains ont vu leurs contenus, aussi altérés que la véracité des chaînes, mis en avant grâce aux algorithmes de YouTube, comme le dénonce CNN.

Des chaînes YouTube se sont appropriées l’identité de plusieurs médias

La technique des chaînes YouTube aux mauvaises intentions était plutôt simple : elles se présentaient comme des médias américains, cela en utilisant des images issues de la chaîne CNN, mais aussi de Fox News. Elles ont ensuite créé des chaînes, comme les médias le font, afin de regrouper automatiquement leurs vidéos autour de certains sujets, et cela leur a permis de réussir à diffuser à grande échelle du contenu totalement faux, donc de désinformation.

Ces fausses chaînes ont réussi à atteindre des millions de vues, notamment grâce aux recommandations de YouTube. L’algorithme du réseau social a, en effet, proposé ces vidéos aux internautes américaines ayant visionné, par le passé, des vidéos à propos de la politique américaine. Les enjeux sont d’autant plus important que YouTube ne semble pas prêt à lutter contre la désinformation à l’approche des élections américaines et des caucus, en particulier de celui de l’Iowa où les premiers américains voteront.

Google, et donc YouTube également, s’est déjà, par le passé, engagé à lutter contre la désinformation. Et cette fois-ci, YouTube n’a pas su être à la hauteur, face aux mauvaises intentions de ces personnes. Une casserole de plus pour la plateforme qui avait été pointée du doigt pour favoriser le développement des croyances sur le fait que la Terre est plate.

YouTube et le caractère trompeur des vidéos épinglés par la start-up Plasticity

Plasticity est une start-up américaine qui s’est occupée d’analyser les données de YouTube pour fournir à CNN de nombreux cas où les chaînes YouTube avaient modifié le contenu qu’elles mettaient en avant dans leurs vidéos, pour les rendre totalement biaisés et à leur avantage. Cela rendait également les histoires mises en avant totalement flamboyantes.

Les miniatures de vidéos ont également joué un rôle dans la diffusion virale de ces contenus : elles étaient modifiées, donc fausses et mettaient en avant de fausses citations ou encore de fausses histoires, cependant si l’utilisateur lançait la vidéo, passé la miniature, c’est un vrai passage de CNN, non modifié, qui s’affichait en vidéo.

Des reportages de CNN et Fox News falsifiés et diffusés sur YouTube

Quelques-uns des faux titres et visuels utilisés par les chaînes YouTube pour promouvoir leurs vidéos. Source : CNN

Interrogé par CNN Business la semaine passée, YouTube a déclaré que son équipes d’analyse des menaces avait enquêté sur le sujet et qu’elle avait déterminé que ces chaînes, fermées depuis, étaient géré depuis l’Asie du Sud-Est et qu’il était question d’une campagne de spam. Selon la plateforme, aucun lien n’a été établit avec l’intervention d’un gouvernement quelconque, la Russie notamment. Enfin, alors que CNN et Plasticity ont repéré principalement des vidéos falsifiées, à propos d’actualité et de politique YouTube a déclaré avoir supprimé de nombreuses autres vidéos de divertissement.

Cette usurpation d’identité n’a pas plu aux médias concernés

Face aux déclarations de YouTube et ses conclusions, Fox News s’est contenté de garder le silence tandis qu’un porte parole de CNN a déclaré : “La manipulation de notre marque et de notre propriété intellectuelle dans le but précis de mal informer le public est un problème extrêmement grave que les plateformes doivent résoudre au plus vite. Les plateformes comme YouTube ont la responsabilité de gérer l’intégralité du contenu qu’ils fournissent au public. C’est quelque chose que les journalistes savent et font efficacement depuis longtemps. C’est là une importante différence entre les plates-formes et les éditeurs”.

Pour CNN, il est impératif que YouTube gère mieux le contenu de sa plateforme. Le service se retrouve face à une trop importante quantité de contenus, et même son algorithme n’est pas encore assez puissant. D’autant plus que la plateforme s’est finalement servie des analyses de Plasticity pour supprimer plus de chaînes que la start-up avait épinglé.