La saga technologique de l’année 2020 connaît un énième rebondissement. Alors que l’on apprenait tout juste que finalement, aucune date butoir ne serait imposée à TikTok pour trouver un accord avec Oracle, un juge fédéral vient d’accorder une injonction empêchant le Département du Commerce d’interdire les transactions avec l’application chinoise, et de ce fait, de la bannir sur le sol américain.

Rebondissement après rebondissement

Au mois d’août, Donald Trump signait un décret donnant 45 jours à TikTok pour trouver un accord avec une entreprise américaine et ainsi transférer ses activités aux États-Unis. Considérant la propriété de ByteDance comme une menace pour la sécurité nationale sous fond de guerre commerciale avec la Chine, le président avait alors affirmé qu’il n’hésiterait pas à interdire l’application dans son pays. Ce décret invoquait notamment l’International Emergency Economic Powers Act (IEEPA), une loi permettant à Trump de bannir les transactions entre les États-Unis et les entités étrangères.

TikTok a ainsi entamé les négociations avec Oracle et Walmart, tout en se pliant aux exigences américaines en matière de sécurité des utilisateurs. Une fois venue l’échéance du 27 septembre, date à laquelle l’application devait être bannie car aucun accord n’avait été signé, le juge Carl Nichols a toutefois accordé une injonction à la plateforme pour qu’elle puisse encore être téléchargeable aux États-Unis.

Entre temps, de nombreux recours ont eu lieu, puis l’administration Trump a fixé la date du 4 décembre comme deadline pour que ByteDance cède ses activités américaines. Il ne s’est néanmoins rien passé lorsque cette date est passée, et il semblerait bien que l’interdiction de TikTok aux États-Unis n’ait finalement jamais lieu.

Clap de fin ?

En effet, le juge Nichols vient à nouveau d’accorder une injonction pour empêcher les autorités d’interdire les pourparlers entre TikTok et les entreprises américaines. Selon lui, le gouvernement a « probablement dépassé les limites expresses de l’IEEPA ». Concrètement, cela empêche les autorités de bannir TikTok sur le sol américain.

Cette annonce n’a pas manqué de faire réagir l’application dont l’un des portes-paroles s’est enthousiasmé : « Nous sommes heureux que le tribunal nous ait donné raison et ait accordé une injonction préliminaire contre toutes les interdictions du décret. Nous sommes déterminés à continuer de faire de TikTok le foyer sur lequel 100 millions d’Américains, y compris des familles et des petites entreprises, comptent pour s’exprimer, se connecter, gagner leur vie et connaître la joie ».

Il est ainsi très difficile de savoir si TikTok sera racheté par Oracle ou restera tel quelle aux États-Unis… d’autant plus que la Chine refuse de donner son accord à une acquisition qu’elle considère comme volée.