Alors que depuis bientôt deux années la pression monte et les affaires antitrust s'accumulent contre les GAFA aux États-Unis, à son tour le Département de la Justice (DOJ) pourrait bien intenter un procès contre Facebook et Google. Le Washington Post l'avait prédit il y a quelques semaines... Aux côtés de Google, l'entreprise de Mark Zuckerberg risque donc bel et bien d'être confrontée à un procès antitrust.

Le Département de la Justice prévoit aussi de s'attaquer à Facebook

Pour Google, les dates d'un procès antitrust ont déjà été précisées. Notons tout de même qu'il s'agit d'une affaire historique. Le 20 octobre 2020, le Département de la Justice a décidé de poursuivre le géant américain l'accusant d’utiliser illégalement sa puissance de marché pour entraver ses rivaux. Aujourd'hui nous apprenons du Wall Street Journal que les autorités américaines, fédérales et étatiques, prévoient d'engager de nouvelles poursuites contre Google et Facebook. Cela pourrait bien être une grande première pour Facebook. Un démantèlement de Facebook est-il envisageable ? Difficile à dire pour le moment.

Le Département de la Justice américain pourrait en tout cas déposer une plainte à l'encontre de Facebook pour l'accuser de position dominante et tenter de comprendre si l'entreprise abuse réellement de sa position pour étouffer la concurrence ou si elle met en danger les données des utilisateurs. Un procès certainement découpé en grandes parties : la première plainte examinera probablement de près les acquisitions d'Instagram et de WhatsApp réalisée par l'entreprise il y a maintenant quelques années.

Un procès probablement appuyé par le président élu Joe Biden

Selon le journal, la Federal Trade Commission pourrait se joindre à la partie et déposer des accusations contre Facebook dans les prochaines semaines. Il ne serait pas surprenant de constater un dépôt de plainte dans le courant du mois de décembre. Selon les experts, il ne fait plus aucun doute que Facebook fera bientôt l'objet d'un examen minutieux. Surtout que le président élu, Joe Biden, a clairement fait savoir qu'il "avait un problème avec la propension de Facebook à diffuser de fausses nouvelles". Biden ne porte clairement pas Facebook dans son cœur. Les procédures pourraient donc être particulièrement minutieuses.

Le DOJ pourrait reprocher à Google de payer les principaux fabricants de smartphones pour que ses services soient pré-installés. Cela vaut notamment pour son moteur de recherche. Google Search dépense par exemple une petite fortune pour être celui que l'iPhone utilise par défaut. Un point que souhaite contester le Département de la Justice des États-Unis. En tout cas à Mountain View, dans les bureaux de Google, c'est clairement devenu un sujet tabou : "on peut parler de tout sauf de l'affaire antitrust".