La signature de cet accord entre Radio France et la SACD (société des auteurs et compositeurs dramatiques) est totalement inédit en France. L’objectif de cet engagement vise à favoriser le développement des podcasts natifs en France en renforçant la rémunération des auteurs et en accompagnant l’émergence des nouveaux talents.

Les podcasts natifs ont le vent en poupe

Voilà une nouvelle qui montre un peu plus que la tendance du podcast natif est bel et bien là. À son rythme et depuis quelques années, ce contenu audio trouve sa place sur le marché français avec des auditeurs toujours plus nombreux. L’audio gagne du terrain. Cet été par exemple, près de 3 millions de français ont écouté un contenu audio chaque mois. Le constat est sans appel : le confinement a aidé au développement des podcasts natifs. Acast estime qu’il y a eu +31% d’auditeurs au troisième trimestre 2020, un chiffre qui permet de hisser le podcast sur le podium des médias incontournables.

Le partenariat signé Radio France et la SACD semble aller dans ce sens également. Selon Pascal Rogard, directeur général de la SACD :  » jusqu’alors, les créateurs de podcasts natifs n’avaient pas de rémunération spécifique ». Alors que Radio France investit déjà 3 millions d’euros par an dans les fictions audio, on peut imaginer que cet engagement vise à rémunérer d’autres types de podcasts. Sibyle Veil, PDG de Radio France explique que : « la création sonore a de la valeur ». C’est un beau challenge remporté par la société des auteurs et compositeurs dramatiques.

L’audio peut-il remplacer les écrans ?

Désormais, la société civile à but non lucratif va tenter de négocier avec les plateformes d’écoute que sont Spotify, Deezer, Apple Podcast, Google Podcast et d’autres, afin d’aller encore plus loin dans la rémunération des podcasteurs et ouvrir de nouvelles pistes. Pascal Rogard affirme que : « nous voulions d’abord le faire avec Radio France, premier créateur de podcasts natifs dans la fiction ». De son côté, la Scam (société civile des auteurs multimédia), a déjà signé avec plusieurs studios de production comme Louie Media, Binge Audio ou encore Bababam.

Il y a la rémunération et il y a la convention de coopération culturelle. Le deuxième volet du dispositif qui lie désormais Radio France et la SACD. L’idée derrière cette convention est bien de favoriser l’émergence de nouveaux auteurs pour faire éclore une diversité des profils et des créations. Des opérations spéciales pourront être lancées conjointement dans cet objectif. Il existe par ailleurs déjà des formations pour se former au podcast.

La réalité est la suivante : à un moment où les écrans saturent nos espaces et nos neurones, les contenus audio sont scrutés avec précision par les plateformes et les instituts d’études car ils intéressent de plus en plus d’auditeurs. Notons tout de même que 60% des auditeurs ont moins de 35 ans. Il s’agit bien encore une fois d’un phénomène culturel qui attire des urbains, déjà adeptes des réseaux sociaux, équipés le plus souvent d’une enceinte connectée. Parmi eux, on retrouve notamment beaucoup de parents qui consacrent leur écoute à des programmes enfants. Le podcast est en quelques sortes le dessin animé de 2020.