Le 22 septembre 2020, le directeur de la technologie de Microsoft, Kevin Scott, a annoncé dans un billet de blog l’expansion du partenariat entre OpenAI et Microsoft : « Microsoft s’associe à OpenAI pour la licence exclusive du modèle de langage GPT-3 ».

C’est donc officiel, l’entreprise de Bill Gates aura chasse gardée sur la licence de GPT-3, un langage naturel développé par OpenAI. Elon Musk, qui est l’un des fondateurs d’OpenAI, ne s’est pas fait attendre pour partager son avis tranché sur ce nouveau partenariat. Le 24 septembre, il réagit sur Twitter : « Cela semble être l’opposé d’ouvert. OpenAI est saisie par Microsoft ».

La finalité commerciale de GPT-3, tout comme l’ampleur du partenariat, n’a pas été clairement énoncée. Kevin Scott a laissé entendre que l’IA pourrait être utilisée à des fins de traduction ou d’aide à l’écriture. Selon un porte-parole de Microsoft qui s’est confié à The Verge, l’entreprise aurait un accès total au code du modèle de langage. Toutefois, il ne devrait pas y avoir de conséquences sur les utilisateurs actuels : « Cet accord n’a aucun impact sur l’accès continu au modèle GPT-3 via l’API d’OpenAI, et les utilisateurs actuels et futurs de ce modèle continueront à créer des applications avec notre API, comme d’habitude », indique le billet du 22 septembre.

L’origine “humaniste” d’OpenAI s’efface

OpenAI a été fondé en 2015 par 6 personnes, dont Elon Musk qui a quitté son poste au conseil d’administration en 2018 à cause d’un conflit d’intérêts avec une autre de ses entreprises : Tesla. À sa création, l’ambition annoncée de la structure était de « faire progresser l’intelligence artificielle pour qu’elle soit le plus à même de profiter à l’ensemble de l’humanité, sans être freinée par le besoin de rendement financier ». Cette mission première a été peu à peu mise de côté. Jusqu’en mars 2019, la structure était constituée en association à but non lucratif. Après cette date, une nouvelle entité à but lucratif plafonné – sans qu’apparemment aucun plafond ne soit précisé – a été créée : OpenAI LP. Pour autant, la structure à but non-lucratif, OpenAI Inc., n’a pas été démantelée. Aujourd’hui certains membres d’OpenAI Inc. sont au conseil d’administration d’OpenAI LP.

Le partenariat entre OpenAI et Microsoft marque un tournant sur la lucrativité de l’éditeur de GPT-3. Dans son billet de blog, Kevin Scott explique que la licence doit « tirer avantage des innovations techniques pour développer et fournir des solutions d’IA de pointe à nos clients, tout en créant de nouvelles solutions basées sur l’énorme potentiel du langage naturel ». La transformation d’OpenAI, que ce soit par l’abandon de valeurs prônant un intérêt collectif ou par l’accaparement de Microsoft, n’est pas nouvelle et il n’est pas étonnant que le profit finisse par prévaloir.