La Cyberspace Administration of China (CAC), entité gouvernementale régulant le web en Chine, a ordonné à Weibo de désactiver certaines de ses fonctionnalités pendant une semaine. Le réseau social est littéralement puni par Pékin pour “entrave à la communication.

Qu’a fait Weibo de réprimandable ?

C’est assez rare, mais le gouvernement chinois peut s’octroyer le droit de punir l’une de ses entreprises de cette façon. Avec ses 486 millions d’utilisateurs, majoritairement chinois, et ses nombreux annonceurs, la plateforme n’aurait pas respecté les règles du Parti communiste chinois. La Cyberspace Administration of China affirme que Weibo est sanctionné pour “entrave à la communication”, sans donner beaucoup plus de détails.

Un message a été publié sur le compte WeChat de la CAC. Un porte-parole affirme que si Weibo est sanctionné aujourd’hui, c’est parce que le réseau n’a pas respecté l’ordre de communication en ligne, et qu’il a diffusé des informations illégales ou censuré les mauvais messages. La punition est la suivante : Weibo devra cesser de mettre à jour ses listes indiquant les termes de recherche les plus populaires et les sujets discutés sur la plateforme (l’équivalent des top tweets) pendant une semaine. Une amende sera également infligée à l’entreprise.

Pékin garde un œil sur le web

C’est une drôle d’affaire. Il y a des faits qui n’ont pas été rendus publics. Les déclarations de la Cyberspace Administration of China laissent penser que cette affaire serait liée une personne portant le nom de famille Jiang, sans entrer dans les détails. Reuters a enquêté et affirme que tout cela serait parti de la relation personnelle entre un cadre supérieur du groupe Alibaba, Jiang Fan et une personnalité influente chinoise. En 2018, Weibo avait déjà dû mettre hors ligne son portail de recherche sur les célébrités après avoir été réprimandé par la CAC.

À l’époque de cette affaire, certains utilisateurs de Weibo qui partageaient des informations à ce sujet se plaignaient que leurs messages étaient censurés. Après une enquête interne, Jiang Fan a été rétrogradé. Alibaba serait-il mêlé de près ou de loin à l’affaire Weibo ? C’est possible. En tout cas, on constate que le gouvernement réglemente de plus en plus le cyberespace et supprime régulièrement des contenus violents, pornographiques ou des discours politiques qui ne plaisent pas à Pékin.