Les députés arrangent-ils leurs pages Wikipédia ? Le compte Twitter « L’Assemblée sur Wikipédia » s’est donné pour mission de recenser les informations supprimées des pages de députés… depuis des ordinateurs dotés d’adresses IP de l’Assemblée nationale.

Tout commence avec l’affaire Avia

C’est de notoriété publique, certaines pages Wikipédia font l’objet de véritable guerre d’édition entre les contributeurs. Les pages des députés ne font pas exceptions. Sur certaines d’entre-elles des informations parfois très compromettantes disparaissent. Grâce à des contributeurs étrangement basés à l’Assemblée nationale.

Dans une enquête très documentée de Médiapart sur la députée LREM Laetitia Avia une petite phrase attribuée à cette dernière évoque son e-réputation, « Et Wikipédia. Wikipédia, il y a plusieurs choses à faire. Il faut prendre le contrôle sur cette page. Il ne suffit pas juste de supprimer le paragraphe sur Le Canard enchaîné [le journal avait révélé que la députée avait mordu un chauffeur de taxi], il faut le réécrire de toute façon et le sourcer quand on le réécrit. ».

En partant de cette phrase, Les numériques ont pu remonter jusqu’aux tentatives de ménages sur la page Wikipédia de Laetitia Avia. L’un de ces coups de balai venait d’une adresse IP attribuée à un ordinateur utilisé depuis l’Assemblée nationale.

Cette affaire a donné une petite idée à un data-scientist : créer un bot capable de recenser les modifications sur les pages des parlementaires depuis des adresses IP de l’Assemblée nationale puis les publier sur Twitter.

Merci l’open data de Wikipédia

Le créateur du bot, qui souhaite conserver l’anonymat, est un ancien contributeur occasionnel de l’encyclopédie en ligne. Il a expliqué à Siècle digital avoir, à cette époque, « été marqué par le nombre de politiques qui avaient tenté de faire taire des choses à leur sujet ».

Attaché à la transparence, celui qui se décrit sans attache politique particulière, a créé son outil en une semaine. Toutes les informations du bot sont exhumées légalement affirme le propriétaire du compte wiki_assemblee qui a consulté un juriste. Il détaille, « c’est grâce aux initiatives open data de Wikipédia que ce projet a pu être possible ».

Pas question de divulguer sur « L’Assemblée sur Wikipédia » que tel ou tel député a supprimé un élément de sa vie privée. Ni de remettre en cause l’ensemble des contributeurs de Wikipédia de l’Assemblée nationale « plusieurs personnes à l’Assemblée nationale créent du contenu intéressant pour le site », précise-t-il.

Le véritable objectif de wiki_assemblee est de relever la disparition « des affaires politiques et judiciaires, celles qui devraient être publiques ». Par exemple, en mars 2017, la condamnation du député LR de Charente-Maritime, Didier Quentin, pour prise illégale d’intérêt, disparait de sa page Wikipédia. La justification de l’auteur de cette disparition ? « Plus neutre et objectif ». L’adresse IP de cette personne ? L’Assemblée nationale.

Tentative de modification de la page Wikipédia de Didier Guillaume

Tentative de modification de la page Wikipédia du député Didier Quentin

Plus récemment, en février 2020, ce sont les détails publiés dans la presse d’un conflit entre le député LREM Florian Bachelier et François de Rugy, daté de 2017, qui disparaissent de la page du premier. 18 lignes supprimées en une fois, toujours par une adresse IP de l’Assemblée.

les pages Wikipédia avant et après modification

Tentative de modification de la page Wikipédia du député Florian Bachelier

Les IP viennent de l’Assemblée, pas forcément des députés

Les efforts des députés sont souvent vains, la personne derrière le compte wiki_assemblee tient à saluer les modérateurs de Wikipédia, « ils font un travail énorme, plus de la moitié des suppressions que j’observe sont annulées en moins d’une heure ». Ce dernier s’amuse des tentatives des députés, « c’est une belle incarnation de ce que l’on appelle l’effet Streisand ».

Il faut préciser que les adresses IP n’incriminent pas les députés et leurs équipes directement. Ils signifient simplement que la modification a été réalisée depuis l’Assemblée comme en convient l’animateur de wiki_assemblee. Cela reste un indice important sur la volonté de certains députés de cacher sous le tapis certaines informations les concernant. Joint par mail par Siècle digital, ni Didier Quentin ni Florian Bachelier n’ont répondu pour le moment.

Le compte wiki_assemblee semble, en tout cas, convaincre les utilisateurs de Twitter. En 24 heures le compte a gagné 20 000 abonnés. Ils vont être ravis, son propriétaire n’a pas l’intention d’en rester là. Il a confié à Siècle Digital avoir finit d’ajouter à son bot les adresses IP de plusieurs ministères et de l’Élysée. Il estime que les premières modifications de page Wikipédia depuis ces adresses seront publiées dans la semaine. À force de faire le ménage, on risque d’avoir une poussière dans l’œil.