Au cœur de la crise, la plateforme qui voulait initialement aider les médecins à mieux gérer leurs rendez-vous s’est adaptée en ajoutant un service de téléconsultation à son offre. Doctolib vient de partager les chiffres de ces dernières semaines. Le résultat est là : le nombre de téléconsultations a été multiplié par 100.

2,5 millions de téléconsultations en un mois sur Doctolib

Depuis le début de la crise du Covid-19, un médecin sur trois s’est mis à la téléconsultation. C’est une nouvelle méthode de travail pour les professionnels qui tend à se démocratiser car elle permet de respecter les mesures de distanciation sociale. La consultation à distance, au travers d’un appel vidéo, permet d’obtenir un avis médical sur un souci de santé, en évitant de se déplacer. C’est une pratique qui a le vent en poupe annoncée en 2018 par Doctolib pour un lancement fin 2019. Au passage, la startup française en profitait pour racheter son concurrent Mondocteur.

La startup française vient de partager ses chiffres. En un mois, 2,5 millions de téléconsultations se sont tenues sur la plateforme. En quelques semaines, Doctolib est passé de 1 000 consultations par jour à plus de 100 000. Dans le rapport publié, nous pouvons lire que depuis le début de la pandémie du Covid-19, les utilisateurs ont pris 2,5 millions de rendez-vous en ligne en France et en Allemagne. 31 000 médecins proposent des consultations vidéo et 872 000 patients ont déjà profité de ce service à distance, au cours des cinq dernières semaines.

Les téléconsultations sont remboursées à 100%

Bonne nouvelle : ce ne sont pas que les jeunes qui se sont appropriés ce service de téléconsultations en ligne. Doctolib précise que 28% des utilisateurs qui prennent un rendez-vous en ligne ont 55 ans ou plus. Comme pour une consultation classique, le médecin est payé et le patient est remboursé intégralement par la sécurité sociale. Avant la crise, le système de santé français ne prenait en charge que 70% du montant de ces consultations à distance. Aujourd’hui, 100% du montant des téléconsultations est remboursé.

Stanislas Niox-Chateau, président de Doctolib affirme que désormais c’est une consultation sur dix qui se fait à distance. Contre une sur cent avant la crise. Il faut espérer qu’une fois le confinement levé, cette pratique perdurera et que nous éviterons ainsi l’apparition d’une deuxième vague épidémique. Une chose est certaine, nos comportements vont changer et cela pourrait bien durer dans le temps.