Plusieurs sources du Wall Street Journal affirment que des employés d’Amazon ont eu recours aux données des vendeurs tiers de l’entreprise pour aider la conception et la vente des propres produits de la marque, ceux qui font en générale partie de la gamme “Amazon Basics”. Cette pratique est pourtant contraire à sa politique.

Amazon enfreint ses propres consignes

Selon les sources, certains cadres d’Amazon seraient directement concernés dans cette affaire. Ils n’auraient pas respecté les propres règles de l’entreprise, interdisant l’accès aux données des vendeurs pour le développement des produits floqués Amazon.

En réaction à l’article du média américain, un porte-parole de l’entreprise a indiqué “interdire strictement aux employés d’utiliser les informations du vendeur tiers pour déterminer les caractéristiques de ses propres produits”, avant d’ajouter qu’une enquête interne avait été ouverte.

Malgré ce qu’a continué d’affirmer l’entreprise dans son communiqué, il semblerait que les dirigeants aient même développé des solutions permettant de contourner les restrictions imposées par la politique interne de l’entreprise.

Les vendeurs tiers dénoncent les avantages pris par le géant

Amazon Basics a été la cible de plusieurs vendeurs qui se sont attachés à dénoncer les pratiques de l’entreprise. Selon eux, le géant américain dispose d’un avantage à la fois important et injuste qui lui permet de privilégier ses propres ventes grâce à des promotions agressives.

Il s’agit là d’une pratique pouvant potentiellement être considérée comme étant anticoncurrentielle, il ne manquerait donc plus que des autorités s’en mêlent, ou alors que la Federal Trade Commission qui enquête déjà sur lui, ajoute ce nouvel élément au dossier… Une chose est sûre, Amazon devra maintenant prouver qu’il ne met pas ses produits en avant plus que ceux de ses vendeurs partenaires et de la même façon, qu’il n’a pas enfreint ses propres règles.