Tout va bien pour Facebook. C’est en tout cas ce que laisse entendre Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook. 10 000 travailleurs supplémentaires pourraient être recrutés sur des postes d’ingénieurs et de responsables de produits avant la fin de l’année 2020.

10 000 embauches prévues en 2020

“Cette année notre recrutement sera très, très agressif”. Voici les mots forts de Sheryl Sandberg qui cherche à montrer que tout va bien chez Facebook, malgré la crise que nous traversons. Des mots prononcés lorsqu’un journaliste de CNBC demandait à la directrice des opérations de Facebook si elle s’apprêtait à licencier à cause du Covid-19. La réponse est très claire.

Sheryl Sandberg explique que : “nous nous sentons chanceux de pouvoir recruter alors que l’année 2020 s’annonce compliquée pour de nombreuses entreprises. Nous avons la responsabilité de garder nos propres employés, mais nous espérons en embaucher d’autres parce que nous avons besoin de plus de cerveaux pour développer nos produits”.

Une promesse qui intervient à un moment critique pour les États-Unis. 10 millions d’américains ont déposé une demande pour recevoir des allocations chômage depuis le début de la crise du Covid-19. Le triste record de chômeurs de 1929 pourrait bien être battu dans quelques jours. À l’époque on se souvient que 13 millions de personnes étaient encore au chômage en 1932. Les États-Unis ont d’ores et déjà battu le record des demandes hebdomadaires pour les allocations au chômage : 695 000 en 1982, contre 6,6 millions la semaine dernière.

Facebook est-il prêt à passer au travers de la crise ?

Il y a quelques semaines Sheryl Sandberg expliquait que les conséquences pour l’industrie du marketing seraient lourdes. Interrogée le lundi 16 mars par Bloomberg, à propos des conséquences liées à l’épidémie de Covid-19 pour Facebook, Sheryl Sandberg déclarait que : “ce qui est certain, c’est que nous n’allons pas vivre une situation habituelle et l’industrie du marketing va certainement être très impactée par cette épidémie. À ce jour, je pense que personne ne sait quelle sera l’ampleur de ce phénomène. Alors nous allons attendre et observer”.

Facebook semble donc avoir trouvé la formule pour rebondir. Force est de constater que l’utilisation des réseaux sociaux a augmenté de 61% en quelques jours et que WhatsApp (plateforme détenue par Facebook) est le réseau social qui s’en sort le mieux. Avec le confinement, l’utilisation de WhatsApp a même augmenté de 76% en Espagne.