Un tiers de la population mondiale est confinée depuis plusieurs semaines. Une partie d’entre nous continue de travailler à domicile, tandis que d’autres travailleurs sont forcés d’être à l’arrêt. Les conséquences de ce nouveau mode de vie sont immédiates : le trafic Internet a considérablement augmenté. Les premières estimations d’Omdia laissent penser que le nombre de connexions a augmenté de 70% dans les régions du monde où les politiques de confinement sont à leur apogée.

Les conséquences sur le trafic Internet sont déjà palpables

Dans son étude, Omdia prend trois éléments en compte : le trafic internet, le streaming vidéo et le commerce électronique. Ce sont vraisemblablement les trois domaines qui devraient être les plus impactés (positivement) par les mesures de confinement que nous vivons actuellement. Le nombre total de visites sur Internet a augmenté de 50 à 70 %, selon des statistiques préliminaires. Logiquement, le streaming a lui aussi augmenté. Plus 12 %, selon les premières estimations des analystes. D’après Alfonso Marone, responsable des médias chez KPMG au Royaume-Uni :

“Là où les politiques de confinement sont à leur apogée en Europe, la hausse du trafic internet a atteint 70%. Nous devons nous attendre à ce que cette situation se généralise dans les semaines à venir à travers le monde”.

Les conséquences pour le e-commerce vont, elles aussi, rapidement être palpables. Prenons l’exemple d’Amazon : le géant mondial du commerce en ligne a annoncé qu’il devait recruter 100 000 personnes supplémentaires, rien qu’aux États-Unis, pour faire face à l’afflux de la demande. Le 14 mars, l’entreprise déclarait ceci : “nous constatons une augmentation significative de la demande, ce qui signifie que nos besoins en main-d’œuvre sont sans précédent pour cette période de l’année. Nous devons donc recruter massivement”.

Tous les secteurs vont être impactés par cette crise

Selon Maria Rua Aguete d’Omdia, le département de recherche technologique d’Informa Tech : “nous observons une consommation accrue de contenu web provenant d’applications mobiles, de la télévision gratuite en continu et des jeux en Chine et en Italie. Les services de streaming comme Netflix et Disney+ devraient connaître une croissance de 12%. Les revenus du commerce électronique devraient quant à eux augmenter de 5%”. Le confinement réussit plutôt bien à la webosphère.

Oui mais pour les autres secteurs, les pertes sont lourdes : 11 milliards de dollars en moins pour l’industrie cinématographique. Des revenus en baisse également du côté de la publicité télévisée, moins 15%, en particulier pour les publicités mettant en avant des événements. La publicité sur les réseaux sociaux devrait également être impactée.

Twitter estime par exemple que ses revenus publicitaires vont dégringoler. Une mauvaise nouvelle qui en cache une bonne : le nombre total d’utilisateurs actifs quotidiens “monétisables” de la plateforme a augmenté de 23% pour atteindre les 164 millions. Selon Omdia la reprise économique n’arrivera pas avant 18 à 24 mois.