Depuis le 1er mars, comme l'indique ZDNet, lorsque vous installez vos paramètres sur un nouveau téléphone Android, ce dernier vous proposera de choisir votre navigateur par défaut parmis une liste de trois alternatives à Google. Cette mesure fait partie des sanctions infligées au géant américain par la Commission européenne.

Le choix français du navigateur sur Android se fera entre Qwant, DuckDuckGo et Info.Com

En 2018, Google a été condamné par la Commission européenne pour avoir abusé de sa position. Il lui est reproché d’avoir fait la promotion des services du moteur de recherche Google via Android, au détriment de la concurrence. Cela lui avait d’ailleurs valu une amende d’un montant de 4,34 milliards d’euros.

C’est donc afin de se conformer à la loi que Google propose aujourd’hui des alternatives à Google sur les smartphones Android. En Janvier, seulement deux moteurs de recherche étaient prévus. Aujourd'hui, il sont trois et il est ainsi possible de choisir entre Qwant, DuckDuckGo et Info.com, mais cela pourrait bientôt évoluer. Les trois moteurs de recherche sont effectivement retenus pour être proposés de mars à juin. De plus, ils sont différents en fonctions des pays, il peut donc y avoir 9 listes de propositions différentes en fonction des 9 pays concernés.

La méthode de sélection déplait à certains…

Google a fait le choix de faire sa sélection des moteurs de recherche sur la base d’un système d’enchères. C’est à dire que différents services peuvent enchérir pour faire parti du trio proposé lors du démarrage et de l'installation des applications sur Android mais seuls les trois plus offrants sont retenus, pour une période de 4 mois.

Lors de l’annonce du système, en 2019, Qwant n’avait pas hésité à partager sa déception. Le français avait alors jugé que “La Commission européenne condamne Google à plus de 4 milliards d’euros d’amende en lui disant d’arrêter d’abuser de sa position dominante, et la réponse de celui-ci est de mettre ses concurrents en compétition pour payer l’amende à sa place”. Cela ne l’a néanmoins pas empêcher d’enchérir et de remporter sa place.

Bien que le système des enchères pose question, le changement de la liste proposée trois fois dans l’année pourrait permettre aux moteurs de recherche de gagner en visibilité, à moins que cela ne soit toujours les mêmes qui remportent les enchères...