C’est l’inquiétude en ce moment en Corée du Sud. Le Covid-19, nom officiel du Coronavirus, s’est rapidement propagé ces dernières semaines. Le bilan du pays est, le 24 février, de 763 cas et 7 morts. Des développeurs coréens ont lancé des cartes en lignes pour suivre les lieux avec le plus d’infectés.

La situation de la Corée inquiète

Dimanche, le président de Corée du Sud, Moon Jae-in, avait décidé de placer le pays au plus haut niveau d’alerte pour faire face à l’épidémie de Coronavirus. Ces dernières semaines les cas se sont multipliés, notamment au sein d’une secte, l’Église Shincheonji de Jésus à Daegu, la quatrième ville du pays, située au sud de la péninsule. 28 000 personnes vont y être contrôlées, les 2,5 millions d’habitants de la ville sont confinés chez eux et la compagnie Korean Air a suspendu ses liaisons avec la ville.

Le gouvernement a choisi de faire preuve de transparence en indiquant des informations détaillées sur les cas confirmés d’infections. Pas de noms, mais l’âge, le sexe, les trajets quotidiens des personnes en quarantaine sont rendus publics.

« Nous avons subi une réaction publique négative après qu’une infection massive ait eu lieu lors de l’épidémie de MERS il y a cinq ans, parce que nous n’avons pas rendu public l’endroit où ces patients étaient allés« , a déclaré à Reuters un responsable anonyme de la santé coréenne.

Sur la base de ces informations et de celles de la presse des développeurs ont monté des cartes en ligne pour suivre les cas confirmés par le gouvernement. C’est notamment le cas de Ryan Jun-seo Hong, un étudiant en informatique de 19 ans qui revendique 300 000 visites quotidiennes sur son site, Coronamap.live.

carte d'accueil coronavirus

Crédit : coronamap.live

Sur Coronamap.live les cas de personnes infectés sont libellés sous trois couleurs selon la date de l’infection : entre 1 et 3 jours en rouge, 3 et 10 jours en jaune, 10 jours ou plus en vert. Un compteur en haut à droite de l’écran donne le nombre de cas confirmé (le chiffre est de 833 personnes, soit 70 personnes de plus qu’annoncé il y’a quelques heures dans les médias français), le nombre de personnes guéries et le nombre de personnes décédées.

À gauche de l’écran des indications géographiques sur les foyers d’infection. En cliquant sur un cas précis, il est aussi possible de savoir où le cas a été détecté et quand.

Carte de coronamap.live

Zoom sur la ville de Daegu. Cas sélectionné : détecté le 19 février, au départ de la gare de Dongdaegu. Crédit : coronamap.live

Reuters a également interrogé un couple de développeurs qui a créé un site similaire, Wuhanvirus.kr. Ils ont déclaré à l’agence de presse ne plus dormir, « Il était facile de mettre à jour la page jusqu’au début de la semaine dernière » a expliqué Kwon Young-jae, l’un des fondateurs de Wuhanvirus.kr, « avec des dizaines de nouveaux patients toutes les quelques heures, ça commence à faire des ravages ».

La technologie pour combattre le Coronavirus

La Corée du Sud n’est pas le premier pays à mobiliser la technologie pour faire face à l’épidémie. La ville de Moscou veut utiliser la reconnaissance faciale pour surveiller ses propres malades. En Chine des QR cordes sont développés pour suivre l’état de santé des personnes infectées et des applications pour détecter le virus.

Ce lundi la Corée du Sud est devenue le pays avec le plus de cas de Covid-19 en dehors de la Chine. Le président Moon Jae-in a estimé que dans son pays l’épidémie est « à un tournant décisif. Les prochains jours seront cruciaux ».