Le Met Office, le service météorologique du Royaume-Uni, va dépenser 1,2 milliard de livres (soit environ 1,44 milliard d’euros) pour l’acquisition du superordinateur climatique le plus puissant du monde. Grâce à celui-ci, le gouvernement sera en mesure d’obtenir des prévisions plus précises et rapides. Ainsi, les données récoltées permettront de lutter contre le changement climatique et aideront à atteindre les objectifs d’émission zéro du pays.

Un superordinateur climatique à 1,44 milliard d’euros

C’est sur le site de son gouvernement que le Royaume-Uni a annoncé l’acquisition très prochaine du superordinateur climatique le plus puissant du monde. Celui-ci recréera notre atmosphère en version numérique en y intégrant des données météorologiques détaillées parmi lesquelles on retrouve la vitesse du vent, les températures ou encore la pression de l’air.

C’est ainsi que ce superordinateur sera en mesure d’établir des prévisions ultras précises dans une zone de seulement 1 000 mètres de diamètre. Plus impressionnant encore, dans les zones aéroportuaires, le superordinateur pourra se concentrer sur une zone de 300 mètres de diamètre. À titre de comparaison, le Cray XC40, qui est le superordinateur actuellement utilisé par le Royaume-Uni, établit les prévisions météorologiques sur une zone de 10 kilomètres de diamètre.

Son installation se fera en deux phases. La première de ces étapes se déroulera en 2022. Dès lors, ce nouvel appareil sera six fois plus performant que l’actuel Cray XC40. La seconde étape s’effectuera 5 ans plus tard, en 2027, et consistera en une mise à niveau permettant de multiplier par 3 les performances de l’appareil. Il sera alors 20 fois plus efficace que le modèle actuel.

Évidemment, une telle machine a un coût, et pas des moindres. L’acquisition de ce superordinateur coûtera 1,2 milliard de livres, soit environ 1,44 milliard d’euros, au Royaume-Uni. Toutefois, il est à noter que ce prix correspond non seulement au prix de l’appareil, mais aussi aux frais d’exploitation que celui-ci engrangera durant 10 ans. Cet investissement est de loin le plus important de l’histoire du Met Office, mais pour Penny Andersby, directrice générale du service, ce superordinateur permettra au pays d’avoir “une longueur d’avance sur le reste du monde et révolutionnera le quotidien de chaque individu, chaque ministère, chaque industrie“.

La technologie pour lutter contre les changements climatiques

Une fois en service, ce superordinateur acquis par le Royaume-Uni aura pour objectif de générer de meilleures prévisions météorologiques, mais aussi et surtout d’aider à lutter contre les conséquences du changement climatique. En effet, grâce à celui-ci, il sera plus aisé de prédire d’éventuelles catastrophes naturelles ou importantes intempéries pouvant avoir des incidences considérables sur le pays.

À titre d’exemple, ce superordinateur pourra prévoir avec précision d’importantes précipitations dans des zones très précises, permettant ainsi au gouvernement d’établir des barrières mobiles à l’avance afin d’éviter des inondations pouvant avoir de grave conséquences. Un objectif que Google souhaite également atteindre avec son intelligence artificielle qui veut prédire la pluie et le beau temps. Enfin, le Met Office explique également que ce nouveau superordinateur “contribuera à soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de carbone dans tout le Royaume-Uni“.