Chez Universal Music, Vivendi cède ses parts à Tencent. Sur la base d’une évaluation à 30 milliards d’euros, l’entreprise chinoise va investir 3 milliards d’euros (10% da la valeur de l’entreprise) dans Universal Music, avec la possibilité de doubler sa mise au cours de l’année qui arrive.

Vivendi réduit son périmètre chez Universal Music

Cette transaction marque une nouvelle percée d’un grand groupe chinois dans l’industrie mondiale du divertissement. Avec sa filiale Tencent Music Entertainment, le géant chinois cherche à valoriser la musique en Chine. Cet accord fait suite à de longues discussions, entamées l’été dernier.

L’investissement va permettre à Tencent d’apprendre du savoir-faire du numéro un mondial de la musique. Il est bon de rappeler qu’à l’échelle de l’entreprise chinoise, cet investissement est plutôt mesuré. Quoi qu’il en soit, Tencent ne cache plus ses ambitions internationales et multi-disciplinaires. Néanmoins, la musique fait partie des priorités de l’entreprise qui détient également 7,5% chez Spotify.

Chez Universal Music, les investisseurs sont convaincus que les différents services proposés par Tencent, notamment son réseau social phare, WeChat, peuvent être une bonne porte d’entrée pour l’Asie. Ils estiment que l’accord peut permettre de créer en Chine l’infrastructure nécessaire pour se rapprocher d’une rémunération de la musique comme en Occident, ce qui n’est pas encore le cas. Sir Lucian Grainge, Président Directeur Général d’Universal Music, a envoyé un e-mail à ses collaborateurs pour les rassurer. Il explique que :

“À l’exception des ressources supplémentaires destinées à faire progresser notre stratégie, rien ne changera chez Universal Music. Notre vision stratégique, nos labels et nos différentes unités de travail, nos implantations et, bien sûr, nos collaborateurs exceptionnels continueront de travailler dans la même direction. C’est un développement passionnant qui reflète une validation de notre stratégie d’entreprise et de votre excellent travail. “

L’industrie de la musique se réinvente

Vivendi, qui cède ses parts à Tencent, a déclaré que : “nous sommes très heureux de l’arrivée de Tencent et de ses co-investisseurs. Ils permettront à Universal Music de poursuivre son développement sur le marché asiatique et d’aller un cran plus loin”.

La révolution de l’écoute en streaming est en marche et Tencent ne veut pas passer à côté. En 2018, à travers le monde, les revenus de la musique ont grimpé de 9,7 % pour atteindre 19,1 milliards de dollars (17 milliards d’euros). Preuve que la disparition du disque n’a pas entraîné la mort de cette industrie qui se réinvente au fil des décennies.