Cette fois-ci, plus de place au doute : Amazon mise énormément sur l’Inde. Après avoir annoncé il y a quelques jours l’ouverture d’un gigantesque campus dans le pays, la société doit très prochainement officialiser son entrée au capital de Future Coupons, une chaîne de supermarchés qui n’exploite pas moins de 1 500 magasins.

Une participation minoritaire mais symbolique

Amazon devrait prendre une participation minoritaire dans l’entreprise, à hauteur de 49%.  L’action est extrêmement symbolique. Impossible de connaître la valeur exacte de l’opération, mais cette ‘acquisition’ devrait permettre à Amazon de s’implanter massivement et de manière physique sur le marché indien. Les magasins Future Coupons vendent à peu près tout ce qu’il est possible de vendre et c’est également le cas d’Amazon.

Jeudi dernier, Amazon annonçait l’ouverture d’un campus géant à Hyderabad, une grande ville du centre du pays. Il peut accueillir jusqu’à 15 000 salariés du groupe. Un porte-parole de l’entreprise précise que près d’un tiers des 62 000 employés indiens sont basés dans la ville et que 4 500 d’entre eux ont déjà rejoint ces nouveaux bureaux. Une preuve de plus de son intérêt pour l’Inde.

L’Inde joue sur le terrain du protectionnisme

Future Coupons est quant à elle valorisée à près de 5,98 milliards de dollars, soit 5,32 milliards d’euros. L’accord entre Amazon et Future Coupons n’est pas encore totalement officiel. Si jamais Kishore Biyani, CEO de Future Coupons proposait une participation moindre à Amazon, cette dernière pourrait encore refuser la transaction.

Cette opération marquerait la deuxième prise de participation d’Amazon dans une entreprise indienne spécialisée dans la grande distribution. Pourtant, depuis le début de l’année, le gouvernement indien a imposé de nombreuses restrictions qui ont obligé les multinationales à revoir leur schéma de distribution.

La réglementation force par exemple les entreprises étrangères à stocker les données personnelles récoltées, au niveau local uniquement. Le pays fait valoir des règles qui ont pour objectif de protéger ses commerçants. Amazon s’est permis de dire que l’Inde devrait plutôt encourager le commerce électronique à se développer plutôt que de le museler.