Au début du mois de juin, Anne Hidalgo exprimait quelques mesures potentielles en rapport avec les services de trottinettes électriques présents dans la capitale. La Maire de Paris souhaitait dans un premier temps réguler le nombre de trottinettes en supprimant quelques startups. Désormais la ville de Paris prend une mesure bien plus contraignante, puisque depuis le 30 juillet 2019, il est formellement interdit de stationner une trottinette électrique sur le trottoir ni sur la chaussée, évidemment.

Dans le cas contraire, l’opérateur en charge du véhicule se verra attribuer une amende de 49€, qui augmentera de 10€ par jour de stationnement. Depuis le mois d’avril, les startups de trottinettes électriques doivent également payer une taxe d’occupation de l’espace public, qui s’élève à 50€ par véhicule par an. Problème, la communication ne semble pas au point, ou bien la décision est trop prématurée, puisque les touristes ou usagers quotidiens ne semblent pas au courant de cette mise au point.

Lime, l’un des services les plus populaires décide d’investir pour se plier aux demandes de la municipalité parisienne. L’opérateur a mis en place une brigade d’une cinquantaine de personnes pour vérifier que chaque trottinette est à sa place. Lime pourrait également envoyer l’amende à l’utilisateur concerné par la contravention.

Mais alors, où garer sa trottinette ?

Anne Hidalgo suggère de stationner son véhicule aux emplacements dédiés aux deux roues. Seulement, ces aires de stationnement sont bien souvent remplies, et n’ont pas besoin de trottinettes supplémentaires. Début juillet, la ville de Paris déclare avoir commencé à déployer ses premières aires de stationnement dédiées aux trottinettes. À terme, ces emplacements pourraient accueillir 15 000 engins. Dans l’immédiat seules 2500 places devraient voir le jour d’ici fin 2019.

Dans les mois à venir, la Maire de Paris souhaite éliminer 7 à 8 services existants, pour n’en conserver que 2 ou 3. À savoir que Lime fait des efforts considérables pour garder sa place, et Bird va installer son hub européen dans la capitale, en promettant d’embaucher 1000 personnes.