Paris : toute l'actualité sur siecledigital.fr

Paris

Les propriétaires de voitures bruyantes n’ont qu’à bien se tenir. Depuis quelques jours, certaines parties de Paris et quelques villes aux alentours dont Villeneuve-le-Roi, sont équipées d’un petit boîtier noir capable de calculer les décibels d’un véhicule. Lorsque ce dispositif aura été validé par la justice française, il sera en mesure de sanctionner les automobilistes. Les conducteurs bruyants pourront être verbalisés Le système développé par Bruitparif, l’observatoire du bruit en Île-de-France, est équipé de 4 microphones pour trianguler l’origine du bruit et la relier directement à des images provenant des caméras de vidéosurveillance. Le conducteur à bord du véhicule bruyant pourra ainsi être très facilement identifié. À ce jour, une quarantaine d’appareils sont déjà installés. Ils permettent de fournir des premières données à Bruitparif. Ces dernières pourraient aider à convaincre la justice. Pour Didier Gonzales, maire Les Républicains de Villeneuve-le-Roi : « certaines rues ne sont même plus fréquentables à cause de la pollution…

Actuellement, Airbus, Aéroports de Paris et la Régie autonome des Transports de Paris (RATP) étudient un moyen futuriste de transporter les visiteurs des Jeux Olympiques 2024 à Paris. En effet, l’éventualité de pouvoir rejoindre l’aéroport Paris Charles de Gaulle au centre ville de Paris, grâce à des taxis volants, pourrait devenir réelle. Un réel gain de temps En 2019, ce trajet est encore très long. Que ce soit en taxi, en bus, ou en train, il faut environ une heure pour rejoindre le centre ville de Paris, depuis l’aéroport Charles de Gaulle. En 2024, lors des Jeux Olympiques, les autorités s’attendent à une affluence inédite. C’est pour cette raison, que de nouveaux moyens de transport sont à l’étude, pour désengorger les transports en commun habituels, et permettre aux visiteurs de se rendre plus rapidement dans le centre ville. D’après les premières informations dont nous disposons, des taxis volants pourraient décoller…

Le XVIIIe arrondissement accueille pour la première fois un data center pour la ville de Paris. Un moyen de centraliser l’ensemble des données de la ville et de contrôler de plus près celle-ci. Un pas de plus vers une sécurité renforcée La Marie de Paris soutient que la création de ce centre va permettre l’amélioration globale de la sécurité de ces données. Qu’il s’agisse de l’exploitation ou du stockage de ces données, le fait de posséder son propre centre offre l’opportunité à la ville de Paris d’avoir une mainmise sur celle-ci. Il faut savoir que ce centre contient l’entièreté des informations nécessaires aux agents de la ville, de cette manière, ces informations sont les matières premières des administrations parisiennes. La sécurité est ainsi renforcée, car l’accès à ces données sera réservé aux personnes autorisées. Des bénéfices présents sur plusieurs domaines Ne pas avoir de data center suggère aussi que les…

Karma ou la nouvelle meilleure amie des étudiants fauchés et des familles nombreuses, est une application qui a vocation de lutter contre le gaspillage alimentaire. Celle-ci vient de débarquer à Paris. Quoi de mieux que de s’installer dans la capitale française pour une application en lien direct avec la nourriture ? Depuis hier, l’application s’est lancée dans ce long combat. Les chiffres sont accablants, près de 20 kilos de nourriture sont gâchés chaque année par habitant. Une donnée accablante devant le nombre de personnes victimes de malnutrition ou en incapacité de s’acheter à manger. Les intentions de Karma sont donc de réduire au maximum le gâchis alimentaire afin de répondre aux enjeux actuels d’une économie puissante qui favorise la surconsommation à la consommation responsable. Le principe est simple, les restaurateurs présentent les invendus de la journée sur l’application et les utilisateurs obtiennent en quelques clics, le droit de récupérer un…

Un nouveau service de vélos électriques arrive à Paris et il s'agit du plus important au monde
Alors que Vélib a connu une année difficile et que l'utilisation des vélos électriques n'est pas encore devenue une habitude, Île-de-France Mobilités vient d'annoncer qu'un total de 20 000 vélos électriques seront mis à disposition des Franciliens à partir de septembre 2019. La particularité du service est qu'il s'agit de vélos en location longue durée, c'est-à-dire pour 6 mois.

Le tout premier « Casino 4 » est situé près des Champs-Élysées, à Paris. Il promet, selon un communiqué de presse, d’être « un lieu pour manger, se détendre et faire des emplettes. Un lieu où les services numériques améliorent et simplifient la vie au quotidien ». Une ouverture qui vise clairement à contrer le déploiement des magasins Amazon Go. Le géant américain a récemment annoncé vouloir ouvrir 3 000 magasins d’ici 2021. Le PDG du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, s’est exprimé à propos de cette ouverture : « le commerce de détail est désormais centré sur l’innovation, et cela dépasse la simple technologie. Dans un avenir proche, l’écart entre les magasins physiques et les magasins numériques va se réduire. Les canaux de distribution physiques et numériques devront s’adapter aux goûts et aux tendances, mais aussi les anticiper. C’est notre raison d’être chez Casino ». https://www.youtube.com/watch?v=_wI_L1qct0Q Le concurrent direct s’appelle Monoprix. Ce dernier a récemment signé un contrat de vente…

La Ville de Paris lance deux appels à projets pour sélectionner les 100 premiers sites Internet à pouvoir utiliser le nom de domaine « .paris ». Afin de mieux comprendre la situation, nous allons revenir à la base. En 2008, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers qui est une autorité de régulation de l’Internet et dont le but est de contrôler l’accès à tous les domaines virtuels) lance une initiative de projet pour la création de nouveaux noms de domaine. La ville de Paris participe au projet et voit sa candidature acceptée en mai 2013 (seulement…). Suite à ça, la Mairie de Paris met en ligne un site : mondomaine.paris.fr. Le site explique la démarche entreprise par la Ville de Paris et la procédure à suivre pour avoir l’opportunité d’utiliser le nom de domaine « .paris ».