Depuis 2016, la police de Londres teste une technologie de reconnaissance faciale, pour identifier des individus recherchés par les services du renseignement. Les chercheurs de l’Université d’Essex, chargés d’évaluer le système, estiment qu’il se trompe dans 81% des cas.

La technologie accentue les préjugés raciaux

La police de Londres veut rester à la page et profiter des dernières technologies disponibles, pour tenter d’améliorer son travail au quotidien. C’est pour cette raison, que les services londoniens ont investie dans le système de reconnaissance faciale Neoface, acheté directement à la société japonaise NEC. C’est justement cette société qui équipe la ville de Tokyo à grande échelle, avec sa technologie, pour les Jeux Olympiques 2020, qui approchent.

Des chercheurs de l’Université d’Essex se sont vus attribuer la mission, d’évaluer cette technologie, afin de décider de la rendre pérenne ou non. Cette étape expérimentale depuis 2016, se révèle particulièrement utile, puisque les universitaires estiment que la technologie n’est pas adaptée. Sur 42 dossiers, la technologie de reconnaissance faciale n’a trouvé que 8 correspondances. Pire encore : ils estiment que l’intelligence artificielle qui régit cet outil, accentuerait les inégalités raciales et sexistes.

Une interdiction à venir, comme à San Francisco ?

C’est exactement pour cette raison que San Francisco a fait le choix d’interdire la reconnaissance faciale dans ses rues. En effet, malgré son statut de pionnière de l’innovation, la ville, par les mots de son élu Aaron Peskin tient à préciser que “cette interdiction a pour objectif de conserver la liberté de nos citoyens, en évitant au maximum les discriminations raciales”. La ville pense que cette technologie pourrait conduire à un grand nombre d’erreurs judiciaires, et induire les policiers en erreur.

Crédit : Airline PrivacyDes outils sont mêmes en train de voir le jour, pour lutter contre la reconnaissance faciale dans les aéroports. Des militants pour la vie privée du groupe “Fight for the Future” ont lancé AirlinePrivacy.com. Un site qui permet de trouver les compagnies aériennes n’utilisant pas la reconnaissance faciale. Vous pourrez donc avoir le choix de ne pas être soumis à cette technologie.

Pour lutter contre la reconnaissance faciale.