Le Japon s’apprête à accueillir dans deux ans, les Jeux Olympiques d’été et pour la première fois dans l’histoire des JO, la reconnaissance faciale sera utilisée. NEC a annoncé fournir un système qui permettra l’identification de plus de 300 000 personnes dont les athlètes, les bénévoles ou encore les médias, mais ne concernera pas les spectateurs. L’entreprise assure également disposer de la plus grande technologie de reconnaissance faciale au monde.

Le système est conçu autour du moteur d’intelligence artificielle, nommé NeoFace qui fait partie de la gamme de technologie Bio-IDiom de l’entreprise. Ainsi lors des JO, la technologie associera les données photographiques pré-enregistrées dans le badge composé d’une puce que les personnes accréditées transporteront, avec leurs visages. NEC a réalisé une démonstration de son système, montrant qu’il sera impossible aux personnes de rentrer sur les sites avec la carte d’une autre personne.

Comparé aux autres JO, Tokyo ne disposera pas d’un seul parc olympique, dans lequel les gens pourront se déplacer librement. Les événements seront repartis dans toute la région et sur 43 sites. Les personnes devront s’identifier à chacun de leur déplacement, ce qui nécessite une sécurité performante. Avec le système de NEC, le processus devrait ainsi être accéléré et permettrait de réaliser les contrôles 2,5 fois plus vite que les procédures classiques. Le système évitera également les risques liés à l’attente dans la chaleur. Au vu des températures actuelles au Japon, il se pourrait que les JO 2020 soient les plus chauds du siècle !

Alors que la reconnaissance faciale est un des sujets “touchy” de l’actualité, notamment à cause de la police d’Orlando qui utilise le système d’Amazon : Rekognition ou encore Microsoft qui appelle le gouvernement à encadrer davantage ses technologies, il semblerait que l’utilisation de la technologie lors des JO, pour soutenir la sécurité de l’évènement ne fasse pas (encore) polémique.

Source.