Voilà une nouvelle qui va secouer le monde scientifique. Le rover Curiosity, présent sur Mars depuis 2012, aurait détecté un niveau de méthane anormalement élevé sur la planète rouge si l’on en croit les informations du New York Times. Ce gaz étant généralement produit par les organismes vivants, les informations du rover ont poussé les scientifiques de la NASA à changer leur plan. Ils ont mis en pause les études programmées pour demander des données de suivi au robot. Des informations supplémentaires sont attendues pour le 24 juin.

La probabilité d’une vie sur Mars est de plus en plus forte

Depuis quelques années, les chercheurs accumulent des indices qui laissent penser qu’une vie pourrait être présente à l’échelle microscopique sur Mars. En juillet 2018, la communauté scientifique découvrait avec joie la présence d’un lac d’eau liquide sur la planète rouge. Plus récemment, en octobre, on a constaté que le taux d’oxygène sur cette planète était suffisant pour accueillir une vie souterraine, et plus précisément des microbes et des éponges.

Aujourd’hui, les hypothèses qui suggèrent qu’il y’a de la vie sur Mars prennent encore plus de relief. Le rover Curiosity y a constaté un niveau anormalement élevé de méthane, le gaz produit par la vie. Dans la zone qui a retenu son attention, il y’a avait pour chaque milliard de particules, 27 particules de méthane. Une densité 3 fois supérieure à ce qu'avait pu analyser le rover en 2013. Même si, somme toute, cela reste une quantité ridicule, les chercheurs de la NASA ont été suffisamment intrigués pour interrompre les études programmées et demander des données de suivi.

La présence de la vie n’est pas certaine

Si la production du méthane peut-être le fait d’une vie microbienne sur Mars, ce n’est pas une certitude. Le gaz pourrait aussi être le fruit de réactions géothermiques ou de méthane séculaire s’échappant à la surface. Si les scientifiques pourront certainement confirmer dans les prochains jours le taux exact de méthane repéré par curiosity, ils n’auront pas les moyens d’en tirer des conclusions avant un moment. Les études approfondies du gaz devront attendre. En effet, les robots qui sont sur Mars, et le prochain à partir, Mars 2020, n’ont que des instruments scientifiques pour rechercher les signes de la vie. Aucun n’est équipé pour vérifier la présence d’une vie existante.