Les entrepôts d’Amazon sont au coeur de la logistique de l’entreprise. C’est là où se font le suivi, l’empaquetage, le tri, et le rangement des commandes, avant de les envoyer chez les clients. Stacy Mitchell connu pour critiquer Amazon sur bien des aspects explique que les employés travaillent dans un environnement stressant, où des quotas de productivité doivent être respectés. Ceux qui sont trop lents et pas assez efficaces, sont licenciés.

Amazon utilise la technologie pour contrôler et collecter des données sur ses employés. Il y a quelques jours, on parlait des selfies pour éviter la fraude des livreurs Amazon, et aujourd’hui, on parle d’un système automatique qui contrôle le taux de productivité de chaque personne qui évolue dans les entrepôts. Ce système génère aussi des avertissements automatiques et il peut même aller jusqu’à licencier les personnes qui n’ont pas un travail de qualité ou une productivité qui répond aux standards du géant américain.

On rapprendra dans les documents récupérés par The Verge que chaque années 10% des employés sont licenciés puis remplacés. Amazon possédant 75 centres, et plus de 125 000 personnes y travaillent …

Pour ce qui est du système de contrôle, il surveille également les pauses des employés, qu’Amazon appelle le “time off task” ou “TOT”. Si une absence d’activité trop longue est détectée, un avertissement est envoyé à l’employé responsable de la tâche en question.

En réponse à ces critiques, Amazon précise que ce système a été mis en place afin de permettre à tous les employés des entrepôts de répondre aux standards de l’entreprise. 75% des personnes qui y travaillent atteignent les objectifs fixés. Et, les 5% les moins productifs assistent à des programmes de formation. D’après Amazon, le nombre de licenciement a diminué ces deux dernières années dans les entrepôts de Baltimore et ceux situés en Amérique du Nord.

Amazon Terminations by on Scribd