Les data centers, qui occupent aujourd’hui une place centrale dans le monde du cloud, sont de plus en plus développés et sophistiqués ; ils produisent donc plus d’air chaud et de pollution. Plusieurs grands acteurs comme  Google travaillent sur le développement de solutions plus écologiques.

Le 5 juin, Facebook a annoncé le développement d’un nouveau système de refroidissement pour ses data centers qui serait écoénergétique. Cette méthode de refroidissement, développée en partenariat avec Nortek Air Solutions, utilise de l’eau pour produire de l’air frais dans les salles de serveurs.

Dans la même catégorie

Grâce à cette innovation, l’implantation de data centers dans les déserts des États-Unis, comme dans l’Oregon, ou dans les plaines de l’Iowa.

Système de refroidissement Facebook ©Nortek Air Solutions

Le système, installé sur le toit des data centers de Facebook, fait couler de l’eau fraîche le long du bâtiment. C’est ici que l’eau est transformée en air frais, qui passera ensuite au dessus des serveurs. L’eau chaude, quant à elle, est pompée vers le haut du bâtiment pour être refroidie à nouveau par une membrane spéciale. Ce passage des énergies de l’eau à l’air et vice versa constitue un cycle continu, qui permet le refroidissement des salles de serveurs. Cette nouvelle technologie pourrait permettre de réduire l’usage de l’eau de 20% dans les zones chaudes, et de 90% dans les zones froides.

Facebook peut choisir pour chaque data center un des trois modes de fonctionnement du système, qui sont le mode évaporation, le mode adiabatique et le mode super-évaporation, en fonction des conditions météorologiques de l’emplacement du bâtiment. Le système sera évidemment plus performant dans les climats frais ; néanmoins, il est aussi utilisable dans les climat chauds et humides.

Les GAFAM tentent de plus en plus d’améliorer leur gestion de ressources liées aux data centers. Microsoft a lancé récemment un centre de données hébergé sous l’eau.