Google s’est engagé à atteindre l’objectif de zéro déchet dans l’ensemble de ses data centers partout dans le monde.

À ce jour, six des data centers (presque la moitié) de la firme de Mountain View ont atteint cet objectif. Comme le précise Google, ce sont les derniers 10% à 20 % qui sont les plus difficiles à atteindre, mais c’est précisément ce type de challenges qui les motivent.

google data center dechets

Google explique dans une annonce publiée sur son blog que les principes propres à l’économie circulaire ont été intégrés à la gestion des serveurs. Ceci leur ayant permis d’économiser des centaines de millions de dollars en matériel. Pourtant, pour permettre à toujours plus d’utilisateurs d’exploiter Gmail ou YouTube des améliorations doivent constamment être effectuées et du nouveau matériel intégré.

Avant tout achat, les employés étudient le matériel qui peut être réutilisé. Si aucune solution n’est trouvée, le matériel est revendu pour lui donner une seconde vie. En 2015, 52 % des composants utilisés pour des améliorations de performance des serveurs provenaient déjà d’anciens serveurs. Google a aussi revendu 2 millions de composants. Le petit pourcentage de matériel ne pouvant être réutilisé ou revendu est recyclé.

Au-delà de la gestion matérielle, l’énergie consommée par ces centres de données est aussi optimisée. Aujourd’hui, pour la même quantité d’énergie utilisée il y a 5 ans, Google alimente 3,5 fois plus de systèmes. Les efforts effectués dans la consommation d’énergie font de la firme de Mountain View le plus gros acheteur d’énergies renouvelables du monde.

La consommation de nourriture et de boisson est aussi très attentivement surveillée par Google. En plus de l’utilisation de compost, un programme a été spécialement créé pour suivre les déchets de nourriture de pré-consommation dans les cuisines et porte le nom de LeanPath. L’année dernière cet outil a permis de sauver plus de 178 kg de nourriture. Suivant le même objectif la firme de Mountain View a utilisé près de 150 kg de légumes imparfaits destinés à être jetés par les producteurs.

Adopter une approche circulaire est une chose que Google espère voir arriver dans plus d’entreprises. Même si c’est un challenge à relever puisque cela implique de changer sa façon de produire des choses et d’en utiliser d’autres, ces efforts payent autant pour l’entreprise que pour l’économie qui l’entoure.

Source.