Depuis quelques années, Twitter fait face à des nombreuses difficultés : que celles-ci soient d’ordre social -en cause, le harcèlement– ou disons, évolutives, le réseau social accuse le coup. Avec de fortes problématiques financières et une perte de 116 millions de dollars au second trimestre, la plateforme se doit de se renouveler si elle veut rester en course. Pour cela, Twitter a annoncé dans un billet sur son blog que la limite des 140 caractères évoluerait pour s’établir à 280. En tout cas, la fonctionnalité est en test.

Depuis sa création en 2006, Twitter avait fait des 140 caractères sa marque de fabrique, s’alignant ainsi sur la limite des SMS, fixée à 160 caractères lors de l’arrivée des téléphones portables. Plus qu’une marque de fabrique, ce format était aussi un positionnement qui se voulait différenciant de ce que proposait Facebook. Un tweet court pour transmettre un message, une pensée rapidement. Pour justifier son choix, le groupe explique dans le billet que « Tenter de placer vos pensées en un seul tweet – on est tous passés par là –, c’est pénible » et plutôt frustrant. Twitter précise néanmoins que ce changement ne concerne que les caractères latins, soit l’espagnol, le portugais, l’anglais ou encore, le français. Pour le moment, la fonctionnalité est accessible à quelques utilisateurs et sera potentiellement déployée généralement par la suite.

Au sujet du changement, le patron de Twitter s’est fendu d’un tweet (en 280 caractères) justifiant ce nouveau choix de la firme.

message patron Twitter

Selon Le Monde, l’annonce de cette nouvelle a fait progresser le titre de 1,27% vers 0h30 (heure de Paris) à 16,80 dollars. Seulement, le journal précise à raison que Twitter reste loin des 64 dollars atteints en 2013 après son entrée en bourse. Alors que le nombre d’utilisateurs reste à 330 millions sans trop évoluer, la remise en cause de la limite de caractères pourrait aussi permettre d’attirer de nouveaux utilisateurs. Une conséquence attractive pour des annonceurs publicitaires, qui pourrait donc ramener de l’argent au réseau social.

Néanmoins, cette modification n’est-elle pas une copie d’un réseau social bien connu, et qui pour sa part, n’a pas les difficultés financières de Twitter : Facebook ? Selon l’analyste Rob Enderle, de Enderle Group, « Plus ils allongent, plus ils commencent à ressembler à Facebook, alors Facebook va les sortir du jeu ». Toute l’attraction du réseau semble tenir dans l’obligation de manier les mots afin de faire rentrer une idée, une blague, un message, en seulement 140 caractères.

Alors qui voudrait d’une pale copie de Facebook ?

Source : Blog Twitter