Elon Musk continue de chambouler la direction de Twitter. Selon le New York Times, le milliardaire continue de multiplier les mesures drastiques pour réduire les dépenses de l’entreprise, même si cela risque de contrarier la justice américaine.

La société ne paye ni loyer ni factures

Dès son arrivée à la tête de Twitter, Musk a été confronté à l’importante dette engendrée par le rachat, en plus de la difficulté pour le réseau social d’être rentable : en dix ans, il n’a été bénéficiaire que deux années. Rapidement, l’homme d’affaires a licencié de nombreux dirigeants de l’entreprise ainsi qu’une importante partie de son personnel, et n’a pas hésité à évoquer une potentielle faillite auprès des salariés restants.

Depuis, Elon Musk entreprend de nombreuses mesures pour réduire les coûts, et la liste de ces dernières continue de s’allonger. Comme le rapporte le média américain, Twitter n'a pas payé le loyer de son siège social situé à San Francisco, ni de l'un de ses bureaux mondiaux, depuis des semaines. La société a également refusé de payer une facture de près de 200 000 dollars pour des vols privés effectués la semaine de la prise de contrôle de Musk.

En outre, plusieurs dirigeants de la plateforme ont discuté des conséquences du refus de verser des indemnités de licenciement aux milliers de personnes qui ont été remerciées depuis le rachat. Elon Musk aurait même menacé les employés de poursuites judiciaires s'ils s’adressaient aux médias et « agissaient d'une manière contraire aux intérêts de l'entreprise ».

Twitter flirte avec l’illégalité

Dans ce contexte, l’entreprise se prépare à d’éventuelles poursuites judiciaires, notamment en réorganisant son service juridique et en écartant l'un de ses plus proches conseillers. Il est fort possible que la société fasse l’objet d’une enquête, notamment car la Federal Trade Commission (FTC) garde un œil sur les agissements de Musk.

Cette dernière possède un arrangement avec Twitter depuis 2011, et l'entreprise s’est engagée à mettre en place des mesures de protection de la vie privée et à rendre compte d'un programme de sécurité des informations en soumettant toutes ses nouvelles fonctionnalités aux autorités avant leur déploiement. D’ailleurs, Elon Musk a fait venir de nombreux avocats travaillant pour ses autres entreprises, SpaceX et Tesla, dans les rangs de Twitter.