Les voitures électriques ne font plus rêver Wall Street, les traders parient à la baisse des entreprises spécialisées. Pourtant, le fabricant vietnamien VinFast a déposé, ce mardi 6 décembre, une demande d’introduction en Bourse aux États-Unis. Si les documents sont validés, les actions seront indexées sur le Nasdaq sous l'étiquette « VFS ».

VinFast souhaite concurrencer Tesla

VinFast, surnommé le Tesla Vietnamien, a été fondé en 2017 avant de réellement commencer son activité en 2019. Pour son introduction en Bourse, l’entreprise évoluera en société anonyme de Singapour. Les détails concernant le nombre d’actions et la fourchette de prix n’ont pas encore été divulgués. La date de l’opération était prévue pour le quatrième trimestre de cette année, mais sera finalement repoussée à l’année prochaine. Afin de se différencier des autres start-up du milieu automobile, Vinfast n’a pas cherché à fusionner avec une autre société pour réussir son entrée au Nasdaq. Pour convaincre les investisseurs, l’entreprise produit et expédie déjà ses véhicules chez l’Oncle Sam.

Cette arrivée de la startup sur le marché américain est assez récente. Au cours de l’été, l’entreprise a commencé à construire une usine en Caroline du Nord pour 2 milliards de dollars. Elle espère pouvoir y fabriquer 150 000 véhicules par an d’ici juillet 2024. Le mois dernier, le fabricant de véhicules électriques a présenté quatre SUV au LA AutoShow à Los Angeles. Elle en a profité pour également annoncer l’expédition de son premier lot de 999 véhicules dans le pays.

Vinfast souhaite se placer rapidement sur le marché automobile étasunien avec sa stratégie : vendre des véhicules similaires à ceux de Tesla moins chers. Pour cela, elle propose une location mensuelle de la batterie des véhicules. Afin de convaincre rapidement des potentiels clients, l’entreprise offre 7 500 dollars à tous les acheteurs du pays.

VinFast souhaite également investir le marché automobile du Vieux Continent. Cette semaine, le constructeur a ouvert deux points de vente à Paris et à Cologne en Allemagne. L’entreprise vietnamienne a affirmé que ce n’était que le début d’un plan pour investir toutes les métropoles européennes notamment Marseille, Berlin, ou encore Amsterdam.