La valeur des actions du concessionnaire de voitures d’occasion en ligne Carvana est descendue à un niveau historiquement faible, le jeudi 24 novembre. Une situation qui stagne depuis la semaine dernière. Les investisseurs ne font plus confiance à la startup après son dernier bilan financier décevant et la baisse des prix des véhicules d’occasion, dans un contexte économique morose.

Carvana du rêve au cauchemar

Fondée en 2012, Carvana a longtemps été considérée comme la prochaine entreprise dominante du marché des voitures d’occasion. L’entreprise a fait son entrée en bourse en décembre 2017 avec une action négociée à 17 dollars. Elle a stagné pendant 3 ans, puis en mars 2020, les concessionnaires physiques étant fermé la plateforme en ligne en a bénéficié, la société a explosé jusqu’à atteindre plus de 350 dollars par action en août 2021.

Une ascension qui s’est inversée cette année. En effet, la valeur de l’action a chuté de 97% depuis le début de l’année, passant de 240 à 7,71 dollars, ce 28 novembre, un niveau historiquement bas. Les investisseurs ont fui, depuis que les clients potentiels de Carvana sont confrontés à un contexte économique difficile. Ils font face à des taux d’intérêt plus élevés et une inflation de 8% aux États-Unis.

Cette chute a été accentuée début novembre, lorsque Carvana a publié un bilan trimestriel (pdf) très décevant. Son volume de ventes était en repli de 8 %. Pour la première fois depuis 2016 et après des cycles de croissance à trois chiffres, le chiffre d’affaires est en retrait de 2,7 % sur le trimestre. Il a atteint 3,3 milliards de dollars, alors que les analystes tablaient sur 3,7 milliards. Ce qui inquiète le plus les investisseurs c’est la marge EBITDA, elle indique combien de liquidités l'entreprise génère pour chaque dollar de chiffre d'affaires. De fait, celle-ci est de -5,9 %, alors que l’an dernier à la même période, l’entreprise avait réussi pour la première fois à se stabiliser à 0,2 %.

Pour tenter de redresser la barre, la société, lors de la publication de son bilan, a voulu baisser ses coûts fixes en licenciant plus de 1 500 personnes, 8 % de son effectif. Cela n’a pas suffi, les opérateurs du marché de Wall Street estiment que l’entreprise va faire défaut, « Avec la chute des prix des voitures d'occasion, nous pensons que Carvana aura du mal à faire des bénéfices sur les véhicules achetés précédemment à des prix élevés » a affirmé Taylor Conrad, analyste d'Argus Research, dans Yahoo Finance lundi 21 novembre.

Carvana était considéré comme une future star de la Tech aux Etats-Unis, notamment grâce à ses innovations de concessionnaires automatiques distribuant les voitures. Néanmoins, la start-up n’a pas la solidité des grandes entreprises de la tech pour faire face à la crise en cours. À mesure que la situation économique se dégrade, le nombre de jeunes sociétés Tech de taille intermédiaire en graves difficultés pourrait se multiplier.