Apple a déclaré collaborer avec Foxconn afin de résoudre les plaintes des travailleurs de la plus grosse usine d’iPhone en Chine. De violentes émeutes ont éclaté ce mercredi sur le site de Zhengzhou. Des ouvriers mécontents se sont rebellés, détruisant une partie des infrastructures. La police anti-émeute a fini par intervenir et a été filmée en train de frapper les employés.

L'approche « zéro Covid » altère le bon fonctionnement des usines

L’approche « zéro Covid » menée par la Chine est en partie responsable des soulèvements qui ont éclaté dans l’usine de Foxconn. Cette dernière, située à Zhengzhou, est le plus grand site d'assemblage au monde pour l’iPhone. Plus tôt dans le mois, 300 000 travailleurs y ont été confinés pour limiter la propagation de l’épidémie du Covid-19. Cette politique « zéro Covid » prévoit des fermetures rapides et généralisées, des tests de masse et des quarantaines obligatoires pour écraser le virus dès son apparition.

Ce confinement a provoqué un exode des travailleurs chinois, ce qui a eu pour conséquence d'impacter fortement la production d’iPhone. Pour tourner dans de bonnes conditions, l'usine de Foxconn a dû faire appel à plus de 100 000 travailleurs afin de relancer la production à plein régime. Mais il a été difficile pour l’entreprise de trouver suffisamment d'ouvriers.

Ainsi, pour faire face à ces nombreux départs et trouver un nombre de travailleurs suffisant, Foxconn a lancé une campagne de recrutement afin de combler les postes vacants. Selon un document transmis par CNN, les nouveaux employés se sont vus promettre une subvention de 3 000 yuans (environ 420 dollars) pour 30 jours de travail et une seconde prime également de 3 000 yuans qui sera versée après 60 jours.

Foxconn fait son mea culpa

Il semble que l’usine de Foxconn n’ait pas respecté ses engagements envers les travailleurs puisque suite aux retards dans le paiement des primes, des émeutes ont éclaté cette semaine. Selon CNN, en début de semaine, les ouvriers ont été informés que les paiements seraient retardés jusqu’à l’année prochaine, le premier versement devant être émis le 15 mars et le second en mai. Un travailleur a déclaré que « les nouvelles recrues ont dû travailler plus de jours pour obtenir la prime promise, alors elles se sont senties trompées ».

Depuis, Foxconn a fait son mea culpa en déclarant qu’il a eu « une erreur de saisie dans le système informatique » lors du processus d’intégration. Ce qui a entraîné la réception par les nouveaux employés de contrats destinés aux travailleurs déjà présents. La société a déclaré qu’elle garantissait que les recrues seraient payées en suivant ce qui avait été convenu et conformément aux affiches de recrutement officielles. Apple – dont le comportement a été critiqué pour ne pas avoir protégé les droits des ouvriers, a informé que l'entreprise « travaillait en étroite collaboration avec Foxconn pour s’assurer que les préoccupations de leurs employés sont prises en compte ».

Pour tenter de mettre fin aux manifestations, selon le Wall Street Journal, Foxconn a offert un paiement de 10 000 yuans (1 400 dollars) encourageant le personnel nouvellement recruté à démissionner et à quitter ensuite son usine d’assemblage d’iPhone à Zhengzhou. D'après plusieurs vidéos, de nombreux travailleurs ont accepté l’offre et ont attendu dans de longues files d’attente avec leurs bagages avant de monter dans les bus pour quitter l’usine jeudi matin.