La Competition & Markets Authority (CMA), à savoir l'autorité britannique de la concurrence, vient de se prononcer le 18 octobre 2022 sur le rachat de Giphy par Meta. Le géant technologique va devoir vendre sa plateforme d'illustrations animées (ou GIF) Giphy suite à la décision désormais irrévocable de la CMA.

Du rachat de Giphy par Meta à l'enquête de la Competition & Markets Authority

Voilà la conclusion d'une affaire qui dure maintenant depuis près de deux ans. En mai 2020, Meta qui s'appelait toujours Facebook, rachetait Giphy pour la somme de 400 millions de dollars. À cette époque, la plateforme de GIFs revendiquait près de 700 millions d'utilisateurs à travers le monde et affirmait que 75 % de son trafic provenait d'Instagram et de Facebook.

À peine un mois plus tard, la CMA, bloque cette acquisition de Meta. Le gendarme britannique de la concurrence précisait qu'il allait « vérifier si cette acquisition est susceptible d'entraîner une diminution substantielle de la concurrence sur un ou plusieurs marchés de biens ou de services au Royaume-Uni ». Plus simplement, la CMA se demande si ce rachat n'enfreint pas une ou plusieurs lois anticoncurrentielles.

C'est en janvier 2021 que le régulateur britannique ouvre officiellement son enquête. Deux mois plus tard, les premières conclusions sont tirées : la CMA considère que le rachat de Giphy par Meta nuira à la concurrence sur le marché publicitaire. Elle précise également que l'opération pénalise les autres plateformes comme Snapchat ou Twitter, qui ne peuvent s'appuyer sur le service de GIFs pour se développer.

Facebook va devoir se séparer de Giphy pour de bon

Commence alors un long bras de fer entre le régulateur britannique et la firme de Mark Zuckerberg. En août 2021, la CMA annonce qu'elle s'oppose au rachat de Giphy par Meta. L'entreprise américaine va alors tout faire pour se défendre, mais en vain. Après plusieurs passages en appel, le gendarme britannique de la concurrence a publié un communiqué dévoilant son verdict final : Meta doit revendre Giphy.

La société mère de Facebook a immédiatement réagi en affirmant qu'elle était déçue de la décision de la CMA, mais qu'elle acceptait cette décision finale. Elle a également ajouté qu'elle travaillerait avec le régulateur pour que la procédure de revente de la plateforme de GIFs soit réalisée correctement. Toutefois, le géant technologique a conclu en affirmant qu'il allait continuer à prospecter toute opportunité pour améliorer ses plateformes, même au travers d'acquisitions.