La rivalité technologique entre la Chine et les États-Unis n’a pas pris fin depuis l’accession au pouvoir de l’administration Biden. Cette dernière aurait même décidé de taper un grand coup dans les prochaines semaines ou jours, toujours dans le secteur sensible des semi-conducteurs.

Les États-Unis veulent frapper là où cela fait mal

Les semi-conducteurs ont été identifiés comme LE point faible des impressionnants progrès technologiques chinois de ces dernières années. Pékin est très dépendant de ses exportations dans le domaine et les États-Unis l’utilisent.

Le Chips Act, récemment ratifié par Joe Biden, censé pousser la production de puces sur le territoire américain, contient un volet pour priver la Chine d’investissement dans le secteur. De même certaines entreprises, Nvidia et Advanced Micro Devices, principalement, ont reçu l’interdiction d’exporter vers l’Empire du Milieu certains composants très avancés.

Les décisions de l’administration Biden sont, malgré tout, jugées trop molles par une partie de Washington. La récente performance de la plus grande fabrique de semi-conducteurs chinoise, Semiconductor Manufacturing International Corp, de graver une puce en 7 nanomètres malgré les restrictions américaines semble avoir fait figure d’électrochoc.

D’après les informations du New York Times, plusieurs mesures draconiennes sont à l’étude au sein de l’administration démocrate. La plus forte d’entre elles s’inspire de celle prise par Donald Trump lors de sa croisade contre Huawei et des mesures de rétorsion prises contre la Russie après l’invasion de l’Ukraine.

Le fabricant chinois d’antennes 5G, leader mondial du secteur, a été isolé de tout produit d’origine ou avec une part de composants, de logiciels ou même de technologies venues des États-Unis. Aucune liste n’a été publiée sur les entités potentiellement concernées par cette mesure. Elle pourrait inclure des sociétés, des laboratoires de recherche et d’autres.

D’autres décisions sont en cours de réflexion, visant à accroître le contrôle des exportations des outils de pointes vers la Chine, des puces elles-mêmes. Un examen minutieux des investissements des entreprises américaines sur des secteurs importants pour la sécurité nationale ferait également partie du pack.

Les progrès de la Chine pourraient souffrir du manque de semi-conducteurs avancés

Le Bureau off Industry and Security du département du Commerce, l’entité responsable des technologies exportées n’a pas confirmé les révélations du New York Times. Ils correspondent toutefois aux discours classiques de Washington, qu’ils viennent des démocrates ou des républicains.

Les États-Unis affirment qu’ils veulent bloquer l’envoi de technologies à double emploi, civile et militaire, pour empêcher la Chine de développer de nouvelles générations d’armements.

En paralysant l’expédition de produits sensibles, ils escomptent entraver les progrès chinois dans les domaines des super ordinateurs et des centres de données. Eux-mêmes sont décisifs pour le développement d’innovation dans le secteur de l’intelligence artificielle, les biosciences…