Le gouvernement indien cherche à attirer les fabricants de semi-conducteurs. Pour cela, le pays promet de financer 50 % des coûts du projet. Selon Reuters, l'Inde espère atteindre les 25 milliards de dollars d'investissements sur son territoire.

L'Inde veut attirer les fabricants de semi-conducteurs

Le Premier ministre Narendra Modi et son gouvernement veulent attirer les géants mondiaux, spécialisés dans la fabrication de semi-conducteurs, en Inde. Le pays propose un plan de 10 milliards de dollars pour stimuler la production de puces, afin de faire de l'Inde un acteur clé de la chaîne d'approvisionnement mondiale. Au total, le pays espère atteindre un investissement total d'au moins 25 milliards de dollars grâce à son programme d'incitation financière. Rajeev Chandrasekhar, le ministre indien du Numérique a annoncé que l'Inde allait couvrir 50 % des coûts de chaque projet.

Initialement, le gouvernement avait accepté de couvrir entre 30 et 50 % du coût de la mise en place de nouvelles usines de puces. Mercredi 21 septembre, le ministre a assuré que le seuil de 50 % serait atteint pour tous les fabricants de semi-conducteurs qui souhaitent s'installer en Inde. Rajeev Chandrasekhar précise que le gouvernement est actuellement en pourparlers avec de nombreux acteurs mondiaux qui souhaitent investir dans le secteur des puces en Inde, sans en nommer aucun : « ces discussions ont lieu dans le contexte de la mise en place de nos programmes d'incitations fiscales et financières ».

Les premiers investissements étrangers sont là

Déjà en 2021, l'Inde proposait d'offrir un milliard de dollars à toutes les entreprises qui décidaient d'ouvrir une usine de semi-conducteurs sur son territoire. À l'époque, le gouvernement indien précisait que le pays serait le premier client des nouveaux venus et qu’il inciterait les acteurs privés à en faire de même. L’Inde ambitionne de devenir un leader dans la production des puces pour smartphones 5G et pour les caméras de surveillance. Le gouvernement indien a également promis de réduire les droits de douanes et même de couvrir certaines dépenses de recherche et développement.

Récemment, Foxconn a décidé de s’allier à Vedanta pour s’implanter durablement en Inde. Le géant taïwanais de l'électronique va construire une nouvelle usine à l'Ouest du pays. Les deux entreprises promettent de créer plus de 100 000 emplois. Une aubaine pour le Premier ministre indien Narendra Modi qui affirme qu'il s'agit « du plus grand investissement jamais réalisé par un groupe étranger en Inde ». Le contexte conflictuel entre la Chine et Taïwan pourrait pousser les fabricants taïwanais à se tourner vers l'Inde. Par ailleurs, Foxconn n'a pas hésité à investir en Inde afin que le pays devienne le second pays de fabrication de l'iPhone, après la Chine.