Selon le premier ministre Dritan Abazovic, le Monténégro est victime d'une cyberattaque d'ampleur, qui vise plusieurs institutions du pays et qui menace des infrastructures publiques. Le ministre de la Défense accuse la Russie d'être à l'origine de cette attaque.

La France va aider le Monténégro

Les systèmes informatiques du ministère des Finances ont été touchés selon Dritan Abazovic, le chef du gouvernement. À ce sujet, le ministre de la fonction publique a assuré que « les comptes des citoyens et des entreprises, tout comme leurs données, ne sont pas menacés ». Il s’agit de la deuxième cyberattaque en une semaine au Monténégro. Pour faire face à cette situation, le Monténégro appelle à l’aide internationale. Justement, la France a promis d'apporter son expertise en matière de cybersécurité aux institutions gouvernementales du Monténégro.

Jean-Noël Barrot, ministre délégué en charge de la Transition numérique et des Télécommunications et Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères, ont déclaré que « le gouvernement français va répondre positivement à la demande des autorités du Monténégro et met à disposition l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) pour assurer une mission de soutien et d’assistance à la détection, l’analyse et la remédiation de cybersécurité ».

Le pays accuse la Russie

Pour Rasko Konjevic, ministre de la Défense, « il s’agit d’attaques très sophistiquées qui ne peuvent pas être menées par des individus isolés. Qui pourrait avoir une sorte d’intérêt politique pour infliger de tels dégâts au Monténégro ? Je trouve qu’il y a suffisamment d’éléments de douter sur le fait que la Russie est derrière l’attaque ». Le Monténégro, membre de l’OTAN, a été ajouté en mars par la Russie sur sa liste des « pays ennemis », suite à son alignement avec les pays membres de l’Union européenne pour infliger des sanctions à Moscou, en raison de l'invasion de l’Ukraine.

Selon l’Agence de sécurité nationale, « toutes les infrastructures essentielles » du pays sont en danger. C'est notamment le cas des systèmes d’électricité et d’approvisionnement en eau du Monténégro. L'agence a même déclaré que les centrales électriques du pays ont basculé sur le mode manuel de fonctionnement pour pouvoir garder le contrôle. En mars 2022, le Monténégro avait participé à un cyber exercice pour tester la résistance des pays de l’Est contre une éventuelle attaque russe.