Sur fond de polémique, le VP Engineering de Twitter décide d'abandonner le navire pour partir travailler chez Meta. Après plus de dix ans passés chez Twitter, Sandeep Pandey travaillera au sein des équipes d'intelligence artificielle chez Meta.

Le vent tourne chez Twitter

Twitter est dans la tourmente depuis les révélations de l'ancien chef de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko. Il affirme que le réseau social n'a pas été capable de communiquer le nombre exact de faux comptes présents sur la plateforme et donne donc raison à Elon Musk qui accusait la plateforme de « rétention d'informations » à ce sujet.

Cette situation pousse les régulateurs à enquêter sur le réseau social. En France, la CNIL a par exemple annoncé vouloir étudier des documents en lien avec des accusations de Peiter Zatko. La Commission a déclaré que « certains éléments doivent être analysés de manière approfondie. Si les accusations sur Twitter se révélaient exactes, la CNIL pourrait mener des contrôles susceptibles d'aboutir à une mise en demeure ou une sanction ».

Une vague de départ depuis le rachat potentiel par Musk

De quoi faire réfléchir les employés du réseau social. C'est en tout cas ce que laisse penser le départ de Sandeep Pandey. Il n'est d'ailleurs pas le seul directeur à quitter l'entreprise. Le VP Engineering avait rejoint l'entreprise en 2012. Il est passé du poste d'ingénieur à celui de VP Engineering en quelques années. Dans un message adressé à TechCrunch, un porte-parole de Twitter a confirmé que Sandeep Pandey quittait l'entreprise, mais que son départ était « naturel compte tenu des tendances du secteur ».

Il n'est pas le premier dirigeant de Twitter à quitter le navire cette année. Depuis qu'Elon Musk a annoncé un rachat potentiel de l'entreprise. Katrina Lane, VP Service chez Twitter, Ilya Brown, VP Product Management et Max Schmeiser, responsable des données, ont tous quitté l'entreprise en mai. Twitter a également licencié Kayvon Beykpour, Product Manager, et Bruce Falck, Revenue Product Lead pour « tenter de se réorganiser ».

Il y a quelques mois, Twitter a annoncé un gel des embauches et en a profité pour licencier près de 30 % de son équipe des ressources humaines.