Le 21 avril 2022, les députés européens de la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs ont adopté, par 43 voix pour et 2 contre, la révision de la directive relative aux équipements radioélectriques. Ils soutiennent la création d'un chargeur universel pour réduire les déchets électroniques.

Bientôt un chargeur universel en USB-C ?

La révision adoptée par les députés européens vise à « garantir que les consommateurs n'aient plus besoin d'un nouveau chargeur et de nouveaux câbles chaque fois qu'ils achètent un nouvel appareil portable ». Les députés européens souhaitent mettre en place un système de chargeur universel, pour faire en sorte qu'un seul chargeur puisse permettre la recharge de tous les gadgets électroniques de petite et moyenne taille : les téléphones portables, les tablettes, les appareils photos numériques, les écouteurs et les casques audio, les consoles de jeu vidéo portables ou même les haut-parleurs portatifs.

Peu importe la marque, les législateurs estiment que tous ces appareils devraient être pourvus d'un port USB-C. Leur choix pour un chargeur universel semble donc se porter vers ce type de chargement, l'un des plus rapides au monde. Ils font néanmoins une exception pour les appareils trop petits pour ce type de port, comme les montres connectées et les autres dispositifs de suivi de santé et de sport. Comme on peut le lire dans le communiqué de presse du Parlement européen, la révision de cette directive s'intègre « dans le cadre d’une action plus large lancée dans le but de traiter la question de la durabilité des produits mis sur le marché de l'Union ».

Une mesure pour agir en faveur de l'environnement

Les députés européens demandent également une meilleure information au sujet des chargeurs. Ils estiment qu'il est indispensable que les fabricants précisent si un chargeur est proposé avec le nouvel appareil lors de l'achat. Selon eux, cela permettrait d'éviter toute confusion et « simplifierait les décisions d'achat pour les consommateurs qui possèdent souvent déjà plusieurs appareils électroniques et n'ont pas besoin de chargeurs supplémentaires ». Dans la révision adoptée, les eurodéputés s'intéressent aussi au chargement sans fil et invitent la Commission européenne à garantir un niveau minimum d'interopérabilité pour toutes les nouvelles solutions de chargement.

Le rapporteur de ce texte, Alex Agius Saliba, précise que « sachant que 500 millions de chargeurs pour dispositifs portatifs sont expédiés chaque année en Europe et qu'ils génèrent entre 11 000 et 13 000 tonnes de déchets électroniques, un chargeur unique pour les téléphones portables et d'autres dispositifs électroniques de petite ou moyenne taille profiterait à tout le monde ». Il semble que cette mesure soit avant tout prise pour agir en faveur de l’environnement. Un chargeur universel devrait permettre de favoriser la réutilisation d’anciens produits électroniques, de réaliser des économies et de réduire les coûts superflus pour les entreprises et les consommateurs.