Les entreprises qui fabriquent des machines indispensables à la production des semi-conducteurs sont inquiètes. Elles s'appellent Applied Materials, KLA, Lam Research ou encore ASML, et ont informé leurs clients (les fabricants de semi-conducteurs) qu'il faudra patienter plusieurs mois pour recevoir de nouvelles machines essentielles à la fabrication des puces.

Des délais de livraison à rallonge pour les machines essentielles à la fabrication des semi-conducteurs

La pénurie des semi-conducteurs touche désormais la chaîne d'approvisionnement au niveau supérieur. Sans les bonnes machines, Taiwan Semiconductor Manufacturing Co, United Microelectronics Corp, Intel ou encore Samsung Electronics qui prévoient d'ouvrir de nouvelles usines, ne pourront pas démarrer la production. Malgré les plans ambitieux de ces géants pour répondre à la forte demande mondiale en semi-conducteurs, plusieurs experts s'inquiètent de l'allongement des délais pour recevoir ces machines essentielles (valves, pompes aux microcontrôleurs, plastiques techniques, ou encore des modules électroniques) à la fabrication des puces.

Les fabricants des machines estiment qu'actuellement, le délai normal est de 18 mois, contre 10 mois en 2021 et 3 mois avant la pandémie. C'est logique, si la demande de semi-conducteurs explose, la demande de machines pour fabriquer les puce est également en pleine expansion. TSMC, UMC et Samsung ont même envoyé des cadres à l'étranger pour inciter leurs fournisseurs d'équipements à redoubler d'efforts et assurer les livraisons dans les temps. Les pénuries de composants et les retards logistiques s'accumulent tout au long de la chaîne d'approvisionnement et cela contribue à cette situation. La société américaine KLA estime ces machines ne seront pas livrées avant 20 mois...

Nouveau ralentissement à prévoir pour les fabricants de puces

Sur certaines machines, les délais sont encore plus longs. C'est notamment le cas des livraisons d'équipements utilisés pour fabriquer des substrats, le matériau sur lequel les puces se trouvent avant d'être montées sur des circuits imprimés. Là, il faut compter jusqu'à 30 mois, contre 12 mois l'année dernière, selon le président d'Unimicron, le plus grand fabricant mondial de substrats pour puces. Évidemment les fabricants de puces sont inquiets. C'est le cas de TSMC, qui prévoit de construire six usines aux États-Unis au cours des prochaines années.

L'équipe chargée des achats chez le plus grand fabricant de puces au monde s'est rendue aux États-Unis tenter de faire avancer les dates de livraison. Cette nouvelle crise dans la crise va également empêcher les fabricants de semi-conducteurs à envisager le changement de composants ou de matériaux dans les équipements pour puces. Ce n'est plus une option à court terme, car toute alternative doit passer par un long processus de vérification pour garantir la continuité et la qualité de la production. Selon le directeur financier d'UMC, Liu Chi-tung, « la pénurie de machines continue de se détériorer et pourrait commencer à s'améliorer qu'au second semestre 2022. Notre capacité de montée en puissance sera certainement plus lente que prévu ».