La Commission européenne s'intéresse de plus en plus près à l'activité cloud de Microsoft et à sa position dominante sur ce marché. Selon Reuters, un questionnaire a été envoyé à d'autres acteurs du cloud pour déterminer si les pratiques du géant américain peuvent effectivement être considérées comme anticoncurrentielles.

L'activité cloud de Microsoft pourrait faire l'objet d'un examen approfondi

Cette annonce fait écho à l'étude révélée par Google il y a quelques jours. La firme de Mountain View, par la voix de Jeanette Manfra, directrice de la conformité chez Google, affirme que la relation entre le gouvernement américain et Microsoft peut constituer « une menace permanente pour la sécurité du pays ». Google pointe du doigt la position dominante de Microsoft sur le marché du cloud et confirme les craintes de la Commission européenne. En effet, Microsoft pourrait faire l'objet d'un examen approfondi de la part de la Commission européenne.

Les commissaires de Bruxelles auraient envoyé un questionnaire aux acteurs du cloud pour déterminer si la position de Microsoft soulève réellement des préoccupations anticoncurrentielles. Dans ce questionnaire, il est précisé que « la Commission dispose d'informations selon lesquelles Microsoft pourrait utiliser sa position potentiellement dominante sur certains marchés de logiciels pour empêcher la concurrence concernant certains services de cloud computing ». L'envoi de ce questionnaire est une étape traditionnelle avant un examen plus poussé de la part de la Commission.

Margrethe Vestager mise beaucoup sur Gaia-X

Ce n'est pas la première fois que les pratiques de Microsoft sont dans le viseur des autorités de la concurrence. Il y a quelques mois, une trentaine d'entreprises et d'associations ont constitué la « Coalition for a Level Playing Field », une alliance qui accuse Microsoft de préinstaller plusieurs outils sur Windows, dont OneDrive et Teams. En effet, en faisant l'acquisition d'un ordinateur dont le système d’exploitation est Windows 10 ou Windows 11, le service de stockage de fichiers et l’outil collaboratif de Microsoft sont déjà installés. C’est justement ce que déplorent ces acteurs européens.

Pourtant, Margrethe Vestager , commissaire européenne à la concurrence, ne semble pas inquiète. Elle a déclaré que « le marché du cloud ne soulevait actuellement pas de préoccupations antitrust ». Selon elle, Gaia-X constitue une alternative crédible et suffisante pour faire face aux géants américains et chinois. Plusieurs entreprises européennes, dont Jamespot, Euclidia, Clever Cloud, Scaleway, ont pourtant adressé une lettre ouverte adressée à Margrethe Vestager en l'appelant à renforcer sa législation dans le secteur du cloud computing.