La rumeur de l’intérêt de Google pour Mandiant aura eu à peine le temps de courir ! Mountain View a officialisé le rachat de l’entreprise de cybersécurité le 8 mars, pour la modique somme de 5,4 milliards de dollars. Microsoft, également sur les rangs, se fait coiffer au poteau.

Cybersécurité : le cloud enfin à la hauteur de l’enjeu ?

L’intérêt des grandes entreprises technologiques pour les sociétés de cybersécurité n’est pas une surprise et devrait même se transformer en tendance. Elles permettent à des services cloud comme Azure de Microsoft, AWS d’Amazon et ici Google Cloud d’élargir leur offre, de permettre par exemple la sécurité de bout en bout.

La cybersécurité est devenue un incontournable avec l’accumulation d’affaires médiatiques ces dernières années. Le volet cyber de la guerre Ukraine-Russie vient encore renforcer ce besoin urgent de sécurité. Cet élargissement de l’offre cloud de Mountain View devrait pousser la croissance déjà impressionnante de ce secteur.

Dans son communiqué, Google aiguise déjà les arguments commerciaux de son cloud renforcé, « les entreprises doivent être en mesure de détecter et de répondre rapidement aux adversaires, d'analyser et d'automatiser les renseignements sur les menaces afin d'étendre la détection des menaces à l'ensemble de l'organisation, d'orchestrer et d'automatiser la remédiation, de valider leur protection contre les menaces connues et de visualiser leur environnement informatique afin d'identifier et de simuler de nouvelles menaces ».

Mandiant est une candidate idéale pour répondre aux attentes de Google Cloud. Créée en 2004, elle a notamment contribué, sous l’égide de FireEye et avec l’aide de Microsoft, à découvrir la vaste cyberattaque SolarWinds.

La société est réputée pour ses rapports sur les cybercampagnes, notamment menées par des acteurs étatiques. Le Wall Street Journal précise que le renseignement américain s’appuie, entre autres, sur Mandiant pour étudier les pratiques des pirates venus de Russie, de Chine, ou d'ailleurs.

Pour Google un seul obstacle, les régulateurs

Cela explique que Google ait mis la main à la poche. Avec 5,4 milliards de dollars, l’opération est la deuxième plus importante de l’histoire de Mountain View. Le rachat de Motorola Mobility, à la tête du classement pour 12,5 milliards de dollars, s’était soldé par un échec.

Un destin que Mandiant devrait éviter. La société sera directement intégrée à Google Cloud, ce dont se félicite Kevin Mandia, son PDG, « Google Cloud partage notre culture axée sur la mission pour apporter la sécurité à chaque organisation ». La marque Mandiant devrait subsister par ailleurs.

Reste une étape importante, la validation de l’opération par les autorités de régulations. Les relations entre ses dernières et Google ne sont pas au beau fixe et des difficultés pourraient surgir de ce côté. Dans le cas contraire, l’affaire devrait être conclue dès cette année.