Amazon a porté plainte contre deux sociétés, AppSally et Rebatest, le 22 février à Seattle, rapporte CNBC. Le géant de l’e-commerce leur reproche d’encourager la publication de faux avis, en jouant un rôle d’intermédiaire entre les vendeurs de la marketplace et des utilisateurs complices. En 2020 le nombre de faux avis supprimés par Amazon était estimé à 200 millions.

AppSally et Rebatest, expert dans l’art de tromper les sécurités d’Amazon

Recevoir une boîte Amazon vide est mauvais signe pour la plupart des utilisateurs de la plateforme. Pour quelques-uns c’est simplement normal. AppSally a mis en place un système particulièrement malin pour tromper les sécurités d’Amazon sur les faux avis. Les vendeurs, clients d’AppSally, envoyaient des boîtes vides à un usagé complice, accompagnés de photo du produit. Voilà comment obtenir un avis positif et des plus authentiques. L’utilisateur, lui, récolte des tickets cadeaux, des produits gratuits ou une petite rémunération.

AppSally promet à ses clients de faire remonter leurs produits dans le moteur de recherche de la marketplace d’Amazon. Pour 25 dollars, prix d’entrée, l’entreprise assure de « dépasser tous vos concurrents sans quitter votre chambre ». Rebatest, de son côté, assure disposer d’un carnet d’adresses de 900 000 utilisateurs « prêts à rédiger de faux avis » sur Amazon, mais aussi eBay ou Walmart.

Cette situation, désormais bien connue, est un enfer pour Amazon : elle ruine la confiance des utilisateurs dans les notes des produits de la plateforme et trompe l’algorithme de classement des produits. Un mélange susceptible de nuire à la réputation de la plateforme auprès des consommateurs. En 2019 il était estimé que 60% des avis dans la section high-tech étaient faux.

La guerre (ingagnable ?) contre les faux avis

Pour parer à cette situation, Amazon expliquait avoir mis en place « de puissants outils de machine learning et des modérateurs qualifiés analysent plus de 10 millions d'avis chaque semaine, afin de mettre un terme aux avis abusifs avant même qu'ils ne soient publiés ».

Le champion mondial de l’e-commerce n’hésite plus a attaqué en justice les vendeurs tiers et, ou, les bannir. En 2021, Amazon avait également haussé le ton contre les réseaux sociaux laissant prospérer des groupes de faux avis. 1000 groupes ont été signalés sur des plateformes au cours des trois premiers mois de l’année 20211.

Dans l’affaire l’opposant aux courtiers de faux avis, Amazon a demandé des dommages et intérêts à AppSally et Rebatest d’un montant non révélé. La plateforme espère aussi que les deux sociétés auront l’interdiction de poursuivre leurs activités.