C’est en 2006 que le site de covoiturage a été fondé par Nicolas Brusson, Francis Nappez et Frédéric Mazzella. Quinze ans plus tard quasiment jour pour jour, Blablacar compte 100 millions d’inscrits dont 20 millions en France. La société souhaite franchir un cap supplémentaire en proposant de remettre au goût du jour son projet de trajets domicile-travail et en évoquant une possible introduction en Bourse.

Un déploiement de son offre en Europe de l’Est et en Amérique Latine

Si de base, la société évoluait à l'échelle de la France avec le modèle de covoiturage, Blablacar s’est développé dans une bonne partie de l’Europe occidentale et a redirigé une partie de son offre vers les cars longue distance. Elle est présente dans 22 pays, voit 80 % de son activité réalisée hors de France et 20 % des trajets réservés sont effectués en bus. L’entreprise souhaite désormais s’implanter durablement en Europe de l’Est (Russie et Ukraine) ainsi qu’en Amérique Latine.

Un bus BlaBlacar

Image : BlaBlaBus / BlaBlaCar

« Nous avons engagé l’aventure multimodale il y a deux ans, pour faire passer BlaBlaCar d’une application de covoiturage uniquement, comme c’était le cas jusqu’en 2018, à un service qui proposera un large éventail d’offres de trains, bus et voitures combinées pour des trajets entre 30 et 1000 kilomètres » précise Nicolas Brusson, CEO et co-fondateur de Blablacar.

La firme affirme toujours son ambition de construire une plateforme de mobilité multimodale, mais ne sait pas quand cette offre sera proposée. Pour Olivier Bonnet, le CTO de Blablacar, « cette plateforme ne verra pas le jour avant un an, car le travail technique est long et que nous sommes pour l’instant dans une première phase de connexion des différentes sources d’inventaire. »

Une possible entrée en bourse, mais pas avant l’été 2022

L’année 2019 fut faste pour l’entreprise. Avec la grève des transports, le site avait atteint près de 10 000 covoiturages par jour et avait vu ses revenus augmenter de 71 % par rapport à 2018. L’année suivante fut bien plus compliquée et Blablacar a dû composer avec la pandémie de Covid-19 qui a touché son offre de déplacement domicile-travail. Depuis la rentrée 2021, l’entreprise voit son offre à nouveau rebondir avec plus de 5 000 trajets effectués chaque jour.

En avril, la société avait levé la somme de 97 millions d’euros. À ce moment-là, Blablacar précisait que ce financement serait le dernier avant son entrée en bourse. Une introduction qui sonne comme une « évolution naturelle pour l’entreprise » selon Nicolas Brusson. Toutefois, l’entrepreneur préfère prendre son temps : « Nous voulons être cotés, nous mettons tout en œuvre pour avoir la rigueur et la gouvernance adaptées le jour où nous nous lancerons, mais nous n’envisageons pas d’IPO avant l’été 2022. »