Sur le marché chinois, Ericsson ne peut plus rivaliser avec les géants technologiques locaux.L'entreprise suédoise décide de fermer un important centre de recherche sur la 5G à Nanjing, à l'Est de la Chine, en raison de la diminution de sa part de marché en Chine.

Ericsson cède du terrain en Chine au profit des géants locaux

Le géant suédois ne peut plus rivaliser face à des entreprises comme Huawei sur le marché de la 5G en Chine. L'entreprise spécialisée dans les télécommunications va donc fermer l'un de ses cinq centres de recherche en Chine, avec un plan pour transférer les 630 employés licenciés vers un « partenaire de confiance ». La société perd des parts de marché au profit des géants locaux. D'ici novembre 2021, la société Ericsson se sera séparée de ses activités à Nanjing dans la province du Jiangsu.

Une source très proche du dossier précise que : « les employés de la ville de Nanjing, qui travaillent pour certains chez Ericsson depuis 2001, ont reçu une proposition pour aller travailler chez TietoEVRY, un fournisseur de logiciels finlandais ayant des bureaux en Chine ». Selon les informations du South China Morning Post, TietoEVRY a accepté de conserver le salaire des employés d'Ericsson concernés par cet arrangement. Ceux qui refusent l'offre recevront une indemnité de départ. En revanche, l'usine 5G d'Ericsson à Nanjing ne sera pas affectée.

Le sort de la société suédoise en Chine dépend peut-être de celui de Huawei en Suède...

À compter du 1er novembre 2021, Ericsson va officiellement céder ses activités de recherche et de développement à Nanjing, à TietoEVRY. Après cette fermeture, il ne restera plus à Ericsson que quatre grands centres de recherche en Chine, situés à Pékin, Shanghai, Guangzhou et Chengdu. Initialement, les cinq centres employaient plus de 5 000 personnes, avec des dépenses annuelles en recherche et développement dépassant les 3 milliards de yuans (395 millions d'euros). Autrefois, Ericsson était l'un des principaux fournisseurs d'équipements de télécommunications en Chine. Les temps ont changé.

En juillet, le géant suédois a déclaré que ses revenus du deuxième trimestre dans le pays ont chuté de près de 60% par rapport à l'année précédente. Les géants chinois prennent la main sur les réseaux de télécommunication du pays. Selon un porte-parole de la société : « les activités d'Ericsson en Chine pourraient être compromises par les tensions géopolitiques si les autorités suédoises décidaient d'interdire à Huawei de fournir des équipements au réseau 5G suédois ». L'entreprise fait campagne depuis des mois contre cette interdiction.

Cela n'empêche pas Börje Ekholm, président et directeur général d'Ericsson, de tout tenter pour conserver les activités de son entreprise en Chine. Il a récemment déclaré à Reuters qu'il : « n'abandonnerait pas facilement ses activités en Chine, étant présent sur le marché depuis 120 ans ». On comprend cette volonté de rester quand on sait que la Chine est le plus grand marché 5G au monde, avec près d'un million de stations 5G en service au premier semestre de cette année.