D'après Le Monde, le président Emmanuel Macron a convoqué un conseil de défense exceptionnel suite aux révélations sur le Projet Pegasus. Le conseil s'est tenu ce jeudi 22 juillet au matin. Alors que le président français réunissait ce conseil ce matin, Israël a mis en place une commission d’enquête sur le logiciel espion conçu par NSO Group, une société israélienne spécialisée dans les technologies de cybersécurité.

Un conseil de défense exceptionnel au plus haut sommet de l'État

Les révélations sur le Projet Pegasus suscitent des inquiétudes au plus haut niveau de l'État français. C'est le cas depuis que nous savons qu'un téléphone portable d'Emmanuel Macron s'est retrouvé sur cette fameuse liste de 50 000 numéros de téléphone. Le président français était vraisemblablement dans le viseur des services de renseignements marocains. Pour prendre les mesures adéquates, Emmanuel Macron a décidé de réunir en urgence un conseil de défense exceptionnel ce matin. L'Élysée a prévenu : "si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations".

Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, était ce matin sur France Inter pour rappeler que la France poursuivait ses investigations à propos des récentes révélations sur le Projet Pegasus. Il a justement déclaré que : "le président de la République suit au plus près ce dossier et prend cette affaire très au sérieux". Le logiciel espion conçu par NSO Group aurait permis à une dizaine de gouvernements à travers le monde d'espionner des journaliste, dissidents politiques, et même plusieurs chefs d'État et responsables politiques de haut niveau.

Les logiciels espions bientôt réglementés plus sévèrement ?

En attendant de faire la lumière sur les accusations portées à l'encontre de ses services de renseignement, le Maroc dément toute utilisation du logiciel de la firme israélienne à des fins d’espionnage. Un porte-parole a déclaré qu'une : "enquête sur ces accusations infondées sera menée par les autorités marocaines". À l'image du conseil de défense exceptionnel en France, le Parlement israélien a lui aussi décidé d'enquêter sur les allégations portées à l'encontre de cette société israélienne qui dément les accusations de l'enquête menée par 17 organisations non gouvernementales (ONG) et médias du monde entier.

Comme Angela Merkel, Edward Snowden demande aux gouvernements du monde entier d'intensifier les restrictions sur la vente de logiciels espions. La chancelière allemande estime qu'il est : "important que de tels logiciels n’arrivent pas entre de mauvaises mains et il ne faudrait pas vendre ces logiciels à des pays où la surveillance des opérations d’écoute par la justice n’est peut-être pas garantie". Avec le retentissement de cette affaire, les législations vont très probablement évoluer dans le courant des prochains mois.