Dans une interview accordée au Guardian, Edward Snowden est sorti de l'ombre pour s'exprimer sur le Projet Pegasus. Selon lui, les gouvernements devraient impérativement imposer un moratoire mondial sur le commerce international de logiciels espions ou être prêt à faire face à un monde dans lequel aucun smartphone ne sera à l'abri des pirates informatiques parrainés par des États.

Edward Snowden appelle à l'interdiction rapide de cette industrie

Selon Edward Snowden : "les développeurs de logiciels malveillants à but lucratif travaillent pour une industrie qui ne devrait même pas exister". C'est la ligne directrice qu'il souhaite tenir : faire plier le marché des logiciels espions et s'appuyant sur les récentes révélations du Projet Pegasus. Ce logiciel espion fabriqué par la société israélienne NSO Group a permis à une dizaine de gouvernements du monde d'espionner en toute illégalité des centaines de journalistes, de personnalités politiques, et de militants. Le parquet de Paris vient même d'ouvrir une enquête à propos de l'espionnage de deux journalistes de Mediapart.

Dans la même catégorie

Le logiciel fabriqué par NSO Group permet d'infecter secrètement un téléphone portable et de récolter toutes les informations qui s'y trouvent, comme les e-mails, les messages, les contacts, les données de localisation, les photos, les vidéos et même les données audio des appels passés. Le micro et la caméra du téléphone infecté peuvent être activés à tout moment pour enregistrer secrètement une conversation. C'est évidemment illégal et Edward Snowden s'insurge que des entreprises officielles puissent encore fabriquer en toute légalité de tels logiciels.

Demain, 50 000 millions de smartphones sur écoute ?

Pourtant, NSO Group continue d'appliquer la politique de l'autruche. La société israélienne affirme qu'elle prend les considérations éthiques au sérieux et que son logiciel est réglementé par les autorités des exportations d'Israël, de Chypre et de Bulgarie. Parmi les clients de l'entreprise, on retrouve pourtant des régimes répressifs, comme l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou encore l'Azerbaïdjan. Edward Snowden affirme que : "les logiciels espions commerciaux ont rendu rentable la surveillance ciblée d'un nombre beaucoup plus important de personnes".

Selon le lanceur d'alerte : "si vous ne faites rien pour arrêter la vente de cette technologie, il n'y aura pas seulement 50 000 victimes. Il y en aura 50 millions, et cela se produira beaucoup plus rapidement qu'aucun d'entre nous ne le prévoit". Il estime que l'activité de sociétés comme NSO Group devrait être interdite. Il utilise une métaphore d'actualité pour illustrer son propos : "c'est comme une industrie où le seul objectif serait de créer des variantes personnalisées du Covid-19 pour esquiver les vaccins". Snowden conclue en disant que : "la seule raison pour laquelle NSO fait cela n'est pas de sauver le monde, c'est de faire de l'argent".