Soucieuse de vouloir rajeunir son public, la Ligue 1 Uber Eats s’est fendue d’un communiqué pour annoncer son arrivée sur Twitch. De nombreux programmes originaux seront ainsi créés afin de séduire une audience qui s’est détachée du football au fil des ans.

Après une année pleine de galères pour la Ligue 1 Uber Eats, marquée par la pandémie qui lui ferme les portes du public dans les stades, ainsi que le tollé lié à sa mauvaise gestion des droits TV, la Ligue 1 ne fait plus rêver grand monde. Encore moins les jeunes qui se détournent des abonnements pour l’IPTV. Une situation dont est consciente la Ligue de Football Professionnel (LFP). Selon le cabinet Morning Consult, seulement 8% de la génération Z (née entre 1996 et 2012) regarde du sport tous les jours sur le petit écran, contre 15% pour les millénials (nés entre 1981 et 1996).

En débarquant sur Twitch avec sa propre chaîne, la Ligue 1 espère séduire les 18-35 ans. Le réseau social (qui appartient à Amazon) possède 30 millions d’utilisateurs dont 75% ont moins de 25 ans. Ce nouveau partenariat se matérialisera de deux façons. Tout d’abord et jusqu’au 5 juin, avec l’esport en diffusant sa propre compétition sur le jeu EA Sports FIFA 2021 (jusqu’ici diffusé sur BeIN Sports), ainsi que des programmes associés permettant de revenir sur les temps forts de la compétition. Puis dans un second temps, la chaîne accueillera des programmes axés sur le championnat français avec 2 émissions dans les tuyaux. Une première, Ligue 1 Legends, qui s'appuiera sur les archives de la Ligue pour retracer l’histoire de la compétition. Et une autre animée par l’influenceur Rivenzi (et grand habitué de Twitch) pour discuter des moments forts de la Ligue 1 en compagnie d’autres influenceurs bien connus du réseau social.

Pour Twitch ce nouveau partenariat offre ainsi un nouveau championnat majeur à sa plateforme (la Liga a déjà sa propre chaîne), validant sa stratégie axée sur la mise en place de programmes sportifs pour inciter les spectateurs à se détourner de la TV au profit du web. Pour la LFP quant à elle séduire les plus jeunes n’est que la première étape d’un objectif bien plus grand. À terme ce partenariat devrait en effet lui permettre de gagner en expérience dans la production de contenu pour la création de sa future chaîne OTT « My Ligue 1 » et pourquoi pas s’affranchir définitivement des diffuseurs traditionnels tels que Canal+.