La NASA vient de faire une découverte révolutionnaire. Le 26 octobre 2020, dans un communiqué officiel, l’agence spatiale américaine a confirmé la présence d’eau sur la surface de la Lune au pôle sud, dans une zone exposée à la lumière du soleil.

De l’eau lunaire dans l’hémisphère sud

Nous savions déjà que de l’eau sous forme de glace pouvait potentiellement être présente dans l’hémisphère nord de la Lune. Aujourd’hui ce qui est nouveau, c’est est est la confirmation sous la forme de données d’observation fournies par l’Observatoire stratosphérique pour l’astronomie infrarouge (SOFIA) de la NASA. Les chercheurs peuvent affirmer qu’il y a de l’eau sous forme de glace dans le cratère Clavius situé dans hémisphère sud de la Lune. Une zone baignée par la lumière du soleil.

La prochaine mission vers la Lune, le programme Artemis qui doit envoyer des humains sur la Lune en 2024, se déroulera justement au pôle sud lunaire, là où l’on sait désormais que de la glace se trouve cachée dans des cratères. La NASA confirme également une autre hypothèse : l’eau lunaire ne semble pas être très abondante. Le simple fait qu’il ait fallu tant de temps pour vérifier sa présence le prouve. Pour replacer les choses dans leur contexte, la NASA souligne que : « le désert du Sahara contient 100 fois plus d’eau que ce que la SOFIA a pu détecter ».

Une ressource indispensable pour la future base lunaire

Au cours de la prochaine mission lunaire, la NASA déploiera VIPER, un Rover conçu justement pour traquer l’eau glacée présente sur la Lune. Appelé VIPER pour Volatiles Investigating Polar Exploration Rover, cet engin fait à peu près la taille d’une voiture de golf et devrait être acheminé sur la surface de la Lune dès 2022. Comme vous pouvez vous en douter, le rôle de VIPER sera essentiel pour le futur de la conquête spatiale. Le véhicule sera chargé d’explorer le pôle sud du satellite et d’y trouver de l’eau glacée.

Les chercheurs sont intrigués par le fait que de l’eau glacée puisse exister sur une surface particulièrement exposée au soleil. Ils précisent que ce phénomène méritera d’être étudié plus profondément une fois sur place. Les scientifiques veulent comprendre comment l’eau arrive là et comment elle parvient à tenir. Nul doute que cette découverte fera partie intégrante de l’histoire de l’exploration spatiale.

La NASA voit la Lune comme une future base spatiale à partir de laquelle les scientifiques pourront mener des recherches et éventuellement atteindre des destinations plus lointaines, y compris Mars. Cette découverte conforte l’agence spatiale américaine dans la réalisation de ses plans car l’eau constitue la base de la survie humaine, mais peut aussi permettre la fabrication de carburant pour de futurs lancements.